PAL automnale 2018

A chaque nouvelle saison, j’aime me concocter une petite pile à lire pour les trois mois qui vont suivre. Pas de pression à ce niveau-là, je ne me force à rien et il m’arrive souvent de piocher complètement à côté mais cela me donne une idée de ceux qui m’accompagneront pour les soirées à venir. Avant de découvrir la PAL que je me suis préparée pour l’automne, je vous propose de faire un rapide bilan de ma PAL estivale

Bilan de ma PAL estivale 2018

J’avoue avoir été quelque peu optimiste avec cette pile à lire. Résultat : je n’en suis pas venue à bout ! Comme bien trop souvent, c’est Ken Follett qui est à nouveau passé à la trappe [quelle idée, aussi, d’écrire des livres aussi gros ?!] : je n’ai pas eu le temps de lire le tome 3 durant mes vacances et je n’ai pas le courage de le promener avec moi dans les transports en commun. Il sera sans doute au menu de mes vacances de Noël.

La rentrée étant particulièrement difficile cette année [chaque année, j’ai l’impression que ça empire], je lutte chaque soir pour ne pas m’endormir sur Homo Deus  de Yuval Noah Harari mais, bien souvent, c’est Morphée qui gagne la bataille ! Même si les thèmes abordés sont très intéressants, je trouve que l’auteur se répète énormément par rapport à Sapiens. On dirait que ce deuxième opus a été écrit pour pouvoir être lu sans avoir pris connaissance du premier, ce qui est un peu frustrant pour les lecteurs de la première heure.

Le Livre noir de la condition des femmes n’avance pas des masses non plus : quand le moral n’est pas au beau fixe, ce n’est pas spécialement la lecture la plus recommandée…

Passons maintenant aux livres lus !

  • Les derniers ouvrages du Prix des lecteurs : sans surprise, rien de vraiment terrifique ! Je ne suis pas mécontente d’en avoir fini avec ces lectures imposées ! Néanmoins, j’ai hâte de découvrir qui sera le lauréat de cette année, j’espère que ce sera l’autrice pour laquelle j’ai voté. Je vous tiens au courant dès que les résultats seront officiels ! 🙂
  • Zéro déchet de Béa Johnson : un livre intéressant mais parfois un peu trop extrême pour moi et qui manque de vue globale quant au besoin de limiter notre impact environnemental. Réduire nos déchets, c’est un bon début mais ce n’est pas, à mon avis, l’acte qui a le plus gros impact. Etant déjà pas mal renseignée sur le sujet, j’ai appris quelques petits trucs et astuces mais beaucoup moins que ce que j’espérais initialement. Je pense que cet ouvrage est intéressant pour les personnes qui commencent seulement à s’intéresser à la question.
  • Ariane de Myriam Leroy : je ne jouerais pas à nouveau la groupie par ici, mais sachez que ce fut une belle lecture, rudement bien écrite, même si elle m’a laissé une impression assez désagréable une fois le livre refermé.
  • Les Luminaires d’Eleanor Catton : assurément, mon coup de cœur de l’été 2018 mais aussi, l’une de mes meilleurs lectures de ces douze derniers mois ! J’ai vraiment été bluffée par la qualité littéraire de ce roman qui nous plonge dans son ambiance pleine de mystères et de secrets. Je vous le recommande chaudement !
  • The Muse de Jessie Burton : ma chronique sur ce roman n’est pas encore sortie au moment où j’écris ces lignes [bouuuuh] mais je peux déjà vous dire que ce second opus m’a autant happée que The Miniaturist. J’ai particulièrement été touchée par l’histoire des deux protagonistes principales qui nous montrent qu’il est possible de jouer avec les codes pour s’épanouir dans l’art, malgré les réticences de la société face au succès féminin.

Ma PAL d’automne

Passons maintenant aux livres qui vont m’accompagner durant la chute des feuilles ! Sans surprise, on retrouve Homo Deus et Le Livre noir de la condition des femmes [que j’ai d’ailleurs oublié pour la photo… une vraie blogueuse en carton !]. J’espère les avoir terminés lorsque je vous proposerais ma PAL hivernale ! 😉

  • Demain, les chats de Bernard Werber : il s’agit de ma lecture du métro actuelle. Je suis tellement épuisée que je cherchais quelque chose de facile à lire et j’ai jeté mon dévolu sur lui. Je suis assez mitigée pour l’instant : plus jeune, j’ai adoré la série autour des Thanatonautes mais depuis, j’ai un peu plus de mal avec l’auteur. On verra à l’autopsie…
  • Bitna, sous le ciel de Séoul de JMG Le Clézio : mon amie J. coordonne le prochain numéro des Cahiers de JMG Le Clézio, une revue essentiellement destinée aux universitaires et aux lecteurs de l’auteur. Elle m’a demandé de rédiger une note de lecture sur ce roman, autant vous dire que j’ai quelque peu la pression, c’est autre chose que mes petits articles de blog ! Dans ce roman, il est question de Bitna, une jeune étudiante originaire d’un petit village de pécheurs qui s’installe à Séoul pour ses études. Pour gagner sa vie, elle trouve un emploi de conteuse auprès de Salomé, une jeune fille atteinte d’une maladie incurable. L’auteur y aborde la question de la frontière entre fiction et réalité. Je me suis plongée dans les premières pages, cela a l’air poétique et assez doux.
  • Ceux qui restent de Marie Laberge : de cette autrice québécoise, j’avais adoré la trilogie du Goût du bonheur. Dans ce nouveau roman, on aborde la question du deuil et des difficultés de le surmonter pour ceux qui restent. J’ai hâte de retrouver la plume de Marie Laberge et ses accents québécois, même si je pressens que cette lecture ne sera pas forcément évidente à aborder.
  • Le Gang des rêves de Lucas di Fulvio : ce roman était partout, il y a quelques mois. L’Amoureux me l’a offert l’hiver dernier, il est donc grand temps que je me penche dessus ! C’est l’histoire d’une jeune italienne qui immigre aux Etats-Unis avec son fils. Pour le reste, je n’en sais plus grand chose et j’aimerais autant garder la surprise pour le moment où je m’y plongerai !
  • Why I’m no longer talking to white people about race de Reni Eddo-Lodge : un essai qui a beaucoup fait parler de lui ces derniers mois et que je suis curieuse de découvrir. C’est ma lecture en anglais de la saison, même si je viens de découvrir sa toute nouvelle sortie en français, aux éditions Autrement.
  • La Zone du dehors d’Alain Damasio : j’ai bien envie de retenter l’aventure de la science-fiction et cette dystopie de Damasio me fait envie depuis que j’ai lu La Horde du Contrevent. Je pense qu’elle est parfaite pour cette période de désenchantement face au monde politique actuel.
  • Beloved de Toni Morrisson : j’entends beaucoup parler de cette autrice depuis quelques mois et je ne l’ai encore jamais lue. J’ai profité de l’occasion lorsque j’ai vu ce roman dans les rayonnages de chez Pêle-Mêle. Là non, plus, ce ne sera pas une lecture facile puisqu’il est encore une fois question de l’esclavage. Ce roman a été l’un des premiers grands succès de l’autrice, je suis curieuse de voir ce qu’il a dans le ventre !

Et vous, qu’avez-vous prévu de lire durant les prochains mois ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...