The Muse de Jessie Burton

En septembre, j’ai retrouvé avec grand plaisir la plume de Jessie Burton. J’avais découvert l’autrice, l’an dernier, avec son premier roman, The Miniaturist, que j’avais beaucoup aimé grâce à son ambiance mystérieuse et un peu fantastique. Avec The Muse, on reste dans le roman historique mais dans un cadre beaucoup plus réaliste.

Résumé

1967, Odelle, une jeune femme originaire de Trinidad décroche enfin un job qui lui plaît après 5 ans de galères à Londres. C’est dans ce cadre qu’elle est amenée à découvrir un tableau magnifique sorti de nulle part qui semble pas mal bouleverser sa patronne, à la tête d’un célèbre musée londonien. Il n’en faut pas plus à Odelle pour souhaiter découvrir l’origine de ce mystérieux tableau. 

Ce que j’en ai pensé ?!

Ce roman se déroule à deux époques différentes. Nous commençons en 1967 avec Odelle qui démarre une nouvelle vie à Londres et souhaite enquêter sur un tableau intitulé La Fille aux lions. Puis, au chapitre suivant, mais nous faisons un bond en arrière jusqu’en 1936 pour retrouver les créateurs de ce tableau. Ensuite, le roman alterne les deux époques afin de nous faire avancer simultanément dans les deux intrigues jusqu’au dénouement final. Ce découpage donne un rythme particulier au roman et permet à l’autrice de faire durer le suspens jusqu’au maximum.

Les lieux et époques choisies par l’autrice lui permettent également de développer des thèmes intéressants. En 1967, avec Odelle, elle nous parle surtout de la difficulté d’être perçue comme une étrangère par les Londoniens, du fait de sa couleur de peau, alors qu’elle est née dans les colonies et a été bercée par la culture anglaise toute sa vie. En 1936, l’intrigue se déroule en Espagne alors qu’éclate la guerre civile et que le fascisme fait son entrée. On aborde également la question de la persécution des juifs puisque l’un des personnages est un marchand de tableaux autrichien d’origine juive qui voit ses droits se réduire peu à peu.

Dans les deux cas, il est question des difficultés rencontrées par les artistes dans leur processus de création, de la tension entre reconnaissance et liberté de création ou encore de la peur de montrer son travail au grand public.

Enfin, l’autrice nous propose des personnages féminins talentueux évoluant dans des mondes où les femmes ne sont que très peu considérées et reconnues à leur juste valeur. Elles en sont clairement conscientes et manœuvrent, chacune à sa manière, pour contrer cette injustice.

Haaa oui, j’allais oublier les histoires d’amour qui ponctuent ce roman et qui, pour une fois, changent du schéma classique même si on reste encore dans celui de l’hétérosexualité. J’ai notamment apprécié les questionnements d’Odelle quand au mariage ou à l’évolution de son rapport avec Lawrie ou encore, le fait qu’Olive ne craigne pas de prendre les devants pour obtenir ce qu’elle désire. C’est rafraîchissant !

Je recommande donc ce roman à ceux qui aiment les histoires d’amour compliquées ou celles dont le destin des personnages est intimement lié à l’Histoire.

Infos pratiques

  • Titre : The Muse
  • Autrice : Jessie Burton
  • Edition : Picador, 2016
  • Nombre de pages :  441 pages
  • Genre : historique

Vous connaissez ce roman ou cette autrice ?!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

3 commentaires sur “The Muse de Jessie Burton”