Ariane de Myriam Leroy

Pour cette nouvelle lecture du mercredi [oui, j’essaie de reprendre les bonnes habitudes], je vous présente Ariane, premier roman de Myriam Leroy qui m’a été offert par mes collègues pour fêter ma libération [aka ma défense de mémoire]. Elles ont été plutôt bien inspirées [merci les filles, encore une fois] !

Couverture_Ariane
Oui, mes converses sont sales… Vous avez déjà vu une ado avec des chaussures blinquantes, vous ?! Moi, non plus…

Résumé

Dans ce roman, la narratrice revient sur l’amitié toxique qu’elle a vécue alors qu’elle avait 13 ans, dans une école catholique du Brabant wallon. Alors qu’elle vient elle-même d’une famille plutôt modeste et conservatrice, qu’elle ne sait pas vraiment comment s’arranger, la jeune fille n’en revient pas de devenir la meilleure amie d’Ariane, LA fille la plus belle et intelligente de la classe… La plus perturbée aussi, certainement ! Se passent alors deux années d’une amitié fusionnelle, parfois malsaine, qui se terminent par une rupture destructrice, pour l’une comme pour l’autre.

Ce que j’en ai pensé ?!

J’ai aimé retrouver le ton de Myriam Leroy, celui qu’on lui connaissait déjà dans ses chroniques radio [tranchant, cynique, sans concession], et sa plume efficace, qui va droit au but. Le style est parfois un peu trop relevé pour refléter les pensées des personnages mais ça passe crème, comme dirait l’autre.

Les personnages qu’elle nous présente paraissent tous assez vite détestables. Pourtant, on devine une certaine fragilité chez les deux adolescentes, derrière la carapace qu’elles se sont forgée, mais cela ne suffit pas à les rendre sympathiques pour autant. Ariane et son amie sont en pleine découverte de leur corps et du pouvoir que celui-ci peut avoir sur les hommes. Cela les grise et elles tentent de découvrir jusqu’où elles peuvent aller avant d’atteindre les limites à ne pas dépasser : c’est glauque, souvent pathétique et puéril mais cela reflète assez bien les questionnements d’une adolescente de 13-14 ans. A deux, elles se sentent plus fortes que le monde entier et regardent les autres de haut car, évidemment, ils n’ont rien compris de ce qu’est la vie ! Pour nous immerger encore davantage dans cette amitié, la narratrice use souvent d’un langage oralisé, nous plongeant au cœur des événements, tels qu’elle les a vécus à l’époque.

Mes sentiments vis-à-vis de ce roman sont pourtant mitigés, je ne peux pas parler d’un coup de cœur : j’en ai aimé le thème et l’écriture, les souvenirs qu’il a fait remonter en moi [les heures passées au téléphone, ce sentiment grisant des premiers flirts, les looks immondes de l’époque – même si je suis un peu plus jeune que les protagonistes -, etc.], le portrait au vitriol de ces petites villes du Brabant wallon qui en prennent largement pour leur grade [sud Luxembourg, même combat !] et, enfin, les réflexions de l’adulte qui pose aujourd’hui son regard sur l’adolescente qu’elle était et sur qu’elle est devenue.

Mais j’ai parfois trouvé tout cela un brin caricatural, notamment en ce qui concerne les personnages qui gravitent autour de notre duo. Bien sûr, la narratrice en a gardé l’image qu’elle en avait ado [lorsque tout est blanc ou tout est noir, jamais gris] mais cela m’a parfois fait tiquer.

Et, ce qui m’empêche de dire que j’ai adoré ma lecture, c’est cette impression de noirceur, un peu gluante, qui m’a peu à peu enveloppée jusqu’à ce que je referme le roman et qui s’est même attardée pour le reste de la soirée. C’était sans doute le but de l’autrice et, dès lors, le roman est réussi, mais la sensation reste désagréable.

C’est donc, pour ma part, un très bon premier roman qui devrait plaire aux trentenaires nostalgiques mais que je ne vous le conseille pas tout de suite, si vous cherchez un roman de plage plutôt léger pour vous dorer la pilule sous le soleil [ben oui, la couverture pourrait être trompeuse, en cette période]. Attendez plutôt la rentrée pour le lire, cela sera plus approprié.

Infos pratiques

  • Autrice : Myriam Leroy
  • Titre : Ariane
  • Edition : Don Quichotte, 2018
  • Genre : contemporain
  • Nombre de pages : 208 pages
  • Ma note : 17/20

Je suis curieuse d’avoir votre avis sur ce roman ! Vous l’avez lu, il vous tente ?!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...