Prix des Lecteurs du Livre de poche 2018 : sélection d’août

Voici enfin la dernière salve de la sélection du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2018 ! Même si j’ai aimé tenter cette expérience, je dois bien avouer que je suis soulagée d’arriver au bout et de pouvoir enfin reprendre la main sur mes lectures ! Malheureusement, on ne peut pas dire que cette sélection se termine de manière glorieuse car, comme je le pressentais à la lecture des quatrièmes de couverture, je n’ai pas été convaincue par ces trois derniers romans. On se rapproche dangereusement de la chick-litt et des romances boiteuses, tout ce qu’il faut pour me faire fuir ! Mais trêve de suspens, voici mes avis !

La solitudes des femmes qui courent de Julie Printzac

Résumé

Justine, fin de la trentaine, est en pleine phase de questionnement. Mère célibataire, elle vit à Paris avec sa fille de 7 ans et travaille dans le marketing pour une boite en laquelle elle ne croit pas. Sa vie lui semble vaine et elle s’interroge sur la possibilité de retourner vivre dans le village de son enfance, afin d’offrir un meilleur cadre de vie à son enfant.

Ce que j’en ai pensé ?!

Une histoire banale qui aurait pu amener des questionnements intéressants : je ne peux m’empêcher de m’identifier partiellement à cette trentenaire qui a fait des études de lettres mais qui n’a pas osé devenir prof et désespère devant l’inanité de son job. Comme elle, je commence à saturer de la vie en ville et réfléchis à changer de cadre de vie. Malheureusement, ce roman est un concentré de clichés en tous genres, que ce soit en ce qui concerne le monde de l’entreprise, les différences entre vie citadine et vie rurale, les relations hommes-femmes, etc. Cela m’a donc rapidement ennuyée… Et que dire de l’enchaînement des différents événements que l’on voit arriver 10 km à l’avance ?!

Les milles talents d’Euridice Gusmao de Martha Batalha

Résumé

Années 50 – 60, au Brésil, Euridice est une jeune femme mariée qui s’ennuie terriblement car elle rêve de pouvoir laisser de côté les tâches ménagères et la seule éducation de ses enfants pour développer ses compétences, apprendre et faire des choses utiles pour la société. Malheureusement, son mari n’est pas du tout de cet avis et l’empêche régulièrement de mettre ses projets à exécution, estimant que ce n’est pas le rôle qui lui est assigné.

Ce que j’en ai pensé ?!

Ici encore, le pitch de départ est intéressant et on aurait pu en faire un roman avec un message d’émancipation féminine assez intéressant. Mais, je ne sais pas s’il faut y voir un effet propre à la littéraire sud-américaine que je trouve souvent très absurde, j’ai trouvé ce roman trop poussif ! Le ton employé par le narrateur est exagéré, comme s’il cherchait par tous les moyens à nous faire rire à chaque page, ce qui n’a absolument pas fonctionné avec moi. J’ai trouvé cela d’autant plus incongru que les événements qui se produisent dans la vie d’Euridice et de son entourage sont souvent assez tragiques. Dès lors, ce ton humoristique donnait presque l’impression de se moquer des événements, ce qui m’a dérangée.

C’est dommage parce que l’autrice tente, dans ce roman, de dénoncer des comportements discriminatoires qu’ont eu à subir les femmes durant ces années-là et qui peuvent encore persister aujourd’hui.

Mon dernier continent de Midge Raymond

Résumé

Deb et Keller se rencontrent lors d’une mission scientifique en Antarctique et travaillent depuis sur un bateau de croisière, Le Cormoran. Ils démarrent une relation pour le moins chaotique, où ils ne vivent réellement ensemble que quelques mois par an, à la saison estivale. A l’ouverture de cette année, Keller ne fait pas partie de l’équipage habituel et Deb découvre qu’il s’est engagé sur un immense bateau de croisière, l’Australis. Malheureusement, celui-ci lance un signal de détresse quelques jours après son départ…

Ce que j’en ai pensé ?!

Je ne partais pas franchement ravie de lire un roman qui se déroule dans un univers glacial, encore moins quand j’ai compris que le sujet serait principalement l’histoire d’amour entre Keller et Deb. Finalement, j’ai apprécié l’écriture de l’autrice, ce qui est déjà un bon point. J’ai également trouvé que ce roman était instructif [jamais je ne me serais intéressée de moi-même à la vie en Antarctique] et il a le mérite d’appuyer un message important : les conséquences dramatiques du tourisme dans cette région, pour la faune et la flore.

La structure du roman est tout en va-et-vient : on suit Deb à son arrivée sur Le Cormoran jusqu’au moment où celui-ci est appelé pour porter secours à l’Australis. Mais à ce récit s’intègrent des chapitres de flash-backs, nous expliquant la manière dont Deb et Keller se sont rencontrés et l’évolution de leur relation mais aussi des chapitres relatant les années universitaires de Deb et les raisons qui ont fait d’elle la femme qu’elle est aujourd’hui. De nombreuses coïncidences ont alors lieu entre ces différentes périodes et j’ai parfois trouvé cela un peu gros.

D’une manière générale, les atermoiements entre les personnages m’ont assez vite ennuyée : je t’aime mais je te quitte, ça va bien 5 minutes mais ça a tendance à rapidement me lasser !

~~~~~~~~

Je suis assez déçue de terminer cette expérience littéraire de cette manière, j’aurais aimé avoir au moins un dernier coup de cœur [ils n’ont vraiment pas été nombreux !]. Je ne pense pas me porter volontaire de sitôt pour être jurée d’un prix littéraire ! 😉 Si vous avez déjà eu une expérience comme celle-ci, n’hésitez pas à m’en parler dans les commentaires ! Et si des jurés de cette promo passent par ici, dites-moi si vous avez été aussi déçus que moi ou si les sélections vous ont emballés !

Vous connaissez ces livres ? Ils vous tentent ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

3 commentaires sur “Prix des Lecteurs du Livre de poche 2018 : sélection d’août”