Le Tailleur de pierre de Camilla Läckberg

Voici ma première lecture de vacances pour (cette année le polar suédois est en passe de devenir une tradition estivale) avec le 3e tome des aventures d’Erica Falck, Le Tailleur de pierre de Camilla Läckberg !

Le tailleur de pierre de Camille Lackberg

Patrick et Erica ont donné naissance à la petite Maja, deux mois seulement mais déjà capable de vider complètement ses parents de toute leur énergie. Pendant qu’Erica lutte quotidiennement pour faire dormir sa fille ailleurs qu’accrochée à son sein, Patrick retrouve le commissariat pour y débuter une nouvelle enquête. Celle-ci va se révéler particulièrement éprouvante puisqu’il s’agira de résoudre le meurtre de Sara, 7 ans, retrouvée noyée. 

Alors que la communauté de Fjällbacka se croit relativement à l’abri de la noirceur du monde, Patrick découvre avec stupeur qu’il n’en est rien ! En effet, son enquête va mettre au jour tout ce que l’être humain peut faire de pire : adultère, maltraitance, pédophilie, … Il ne pouvait imaginer une telle horreur.

Ce troisième opus m’a semblé encore plus sombre que les précédents, sans doute parce que chaque avancée faisait apparaître quelque chose de plus glauque encore, sans toutefois expliquer ce qui est arrivé à Sara. Camilla Läckberg parvient à maintenir le suspens de l’intrigue assez longtemps mais a eu un peu trop souvent recours pour ça à des procédés qui m’ont dérangée : le fait, par exemple, que les enquêteurs omettent souvent d’effectuer certaines vérifications qui auraient pu faire avancer l’intrigue beaucoup plus rapidement.

L’auteure utilise également les rebondissements de l’enquête pour dénoncer certains faits de société qu’elle n’apprécie pas : le manque de tolérance des habitants de petites villes et villages pour ceux qui sont différents, le radicalisme de certains mouvements religieux ou encore les difficultés pour les parents d’enfants qui connaissent des troubles psychologiques de trouver l’encadrement adéquat.

L’autre intérêt des romans de Camilla Läckberg, c’est de pouvoir suivre les aventures personnelles d’Erica et ses proches. Dans ce tome, l’essentiel de ces épisodes de vie se focalise sur la manière dont l’héroïne [ne] gère [pas] son nouveau statut de maman. Loin de l’image idyllique de la maternité qu’on retrouve habituellement dans les romans, on y voit les difficultés d’une mère qui frôle la dépression et ne cherche qu’une chose, le fameux bouton “off” qui lui permettrait “d’éteindre” son enfant pendant quelques heures afin de pouvoir souffler. J’avais déjà trouvé que, dans le tome 2, Erica ne donnait pas spécialement envie aux lectrices de découvrir le “bonheur” d’être enceinte [d’ailleurs elle m’avait horripilé pendant une bonne partie de ma lecture tellement elle se plaignait constamment] mais le tome 3, quant à lui, couperait toute envie de concevoir un enfant ! Un conseil, si vous comptez mettre votre premier bébé en route dans les prochains mois, restez très loin de ce roman !

Le Tailleur de pierre se clôture sur une révélation [qu’on voyait largement arriver, il faut bien l’avouer] qui promet de sérieux changements dans la vie personnelle de notre héroïne. De quoi donner suffisamment envie au lecteur de se procurer le tome suivant, sorti en poche au mois de mai [ce que je me suis empressée de faire cette après-midi, d’ailleurs].

Je ne peux pas non plus m’empêcher de relever le fait que la qualité de la traduction s’est considérablement améliorée depuis le premier tome, ce qui est une très très bonne chose ! Ce n’était pas bien difficile, vous allez me dire…

Et vous, quelles sont vos lectures de l’été ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

9 commentaires sur “Le Tailleur de pierre de Camilla Läckberg”