Couverture de la Répétition
Lecture

La répétition d’Eleanor Catton

J’ai découvert Eleanor Catton l’an dernier, avec Les Luminaires qui avait été l’une de mes meilleures lectures de 2018 [si vous êtes régulier⋅e sur ce blog, vous devez vous dire que je radote et vous n’auriez pas tort]. Autant vous dire que j’en attendais beaucoup de La Répétition !

Résumé

Dans un lycée de jeunes filles, un scandale vient d’éclater : Mr Saladin, le prof de musique d’une trentaine d’années a eu une aventure avec une de ses élèves de terminale. C’est ce sujet brûlant que les étudiants de l’école de théâtre locale ont choisi de mettre en scène pour leur spectacle de fin d’années.

Ce que j’en ai pensé ?!

J’ai été assez décontenancée par ce roman : l’autrice s’amuse à nous perdre en multipliant les plans et en brouillant l’espace-temps. Nous suivons deux temporalités différentes : dans la première, la focale est mise sur quelques jeunes filles, toutes scolarisées dans le lycée où a eu lieu le scandale, pendant leur cours particulier chez leur professeure de saxophone. L’ambiance y est intime, même si souvent malsaine, et propice aux confidences. Dans la seconde, nous suivons Stanley, un étudiant en première année dans l’Institut de théâtre, depuis son audition pour y entrer jusqu’au spectacle de fin d’année. Mais, bien que dans les grandes lignes, l’évolution de l’intrigue semble linéaire, l’autrice ne cesse de faire des aller-retours temporels. Dès lors, il nous est impossible de déterminer si la scène que nous lisons a eu lieu avant ou après celle que nous lirons à la page suivante.

Les personnages restent également assez flous : ils sont assez peu décrits, de telle sorte qu’ils pourraient tout à fait être interchangeables [c’est d’ailleurs ce qu’imagine la prof de saxophone]. Les professeur⋅es, d’ailleurs, ne sont jamais nommé⋅es mais sont mentionné⋅es à l’aide de leur statut [la professeure de saxophone, le maître d’interprétation, etc.]. Tout cela fait que nous ne savons jamais réellement si nous sommes dans la “réalité” ou dans la mise en scène.

L’ambiance de ce roman est très malsaine : la prof de saxophone semble prendre plaisir à manipuler ses étudiantes, à martyriser les plus faibles. De manière générale, je trouve l’attitude des adultes assez problématiques.

Ces derniers mots sont dits sur le ton de la réprimande. La rupture est typique des échanges entre la prof de saxophone et Bridget. Une volte-face subite plonge toujours celle-ci dans une perplexité mortifiée qui donne à l’autre le plaisir de lire sur ses traits assombris la honte et le regret lancinant, irréparable, d’avoir trop dit. Elle s’en rince l’œil sans se gêner.

L’autrice aborde largement la question de la sexualité, par le biais des fantasmes de ces ados qui aimeraient percer le mystère qui entoure la relation entre Victoria et Mr Saladin. Par leurs réflexions, apparaît aussi la question de l’homosexualité et de la peur de regard des autres. Toutes ces craintes sont admirablement bien décrites : l’autrice a réellement travaillé sur l’aspect psychologique qui intervient dans les différentes relations qu’elle décrit.

Je ne crois pas que Mr Saladin ait voulu imposer sa domination. […] Non, je ne crois pas, répète Julia. Ce n’est pas la domination qui est excitant dans le fait de coucher avec une mineure, ce n’est pas de pouvoir se faire obéir. L’excitant, c’est le risque.  Et ce que ce risque a d’excitant, ce n’est pas ce qu’on peut y gagner, c’est ce qu’on peut y perdre.

A plusieurs reprises, j’ai été perdue dans ma lecture mais je voulais absolument comprendre où l’autrice souhaitait m’emmener donc je l’ai continuée. Par contre, je ne suis pas sûre que je serais allée au bout si je ne savais pas qu’Eleanor Catton peut faire des merveilles. Encore une fois, j’ai été fascinée par la finesse de sa plume et son côté très érudit. C’est assez incroyable de se dire qu’elle n’avait que 23 ans au moment où ce roman a été publié.

Infos pratiques

  • Titre : La Répétition
  • Autrice : Eleanor Catton
  • Traductrice : Erika Abrams
  • Édition : Folio, 2013
  • Nombre de pages : 425 pages
  • Genre : contemporain
  • Challenges :

 

 

2 commentaires

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...