Le Québec, côté parcs

L’an dernier, à la même époque, l’Amoureux et moi étions occupés à sillonner les routes du Québec afin d’y assouvir notre soif de grands espaces. Depuis une semaine, la nostalgie me frappe de plein fouet et me rappelle que je ne vous ai jamais parlé ici du plus bel aspect de ce voyage : les parcs naturels et randonnées que nous y avons découverts. Il est temps de remédier à cela !

Le parc de la Mauricie

Après avoir quitté Montréal, nous avons commencé notre “périple-nature” par le superbe parc de la Mauricie. Le premier jour, comme nous arrivions en début d’après-midi, nous nous sommes contentés d’une petite promenade de mise en bouche avec la randonnée des Falaises (3,8 km), du côté de Shewenegan. Celle-ci se combine avec la petite boucle des Cascades, entièrement accessible même avec des enfants en bas âge. Ce premier jour nous a donné un avant-goût des magnifiques paysages que nous pourrions voir mais nous a aussi permis d’apprendre à nos dépends [enfin, surtout à ceux de l’Homme] que notre anti-moustique manquait d’agressivité. Heureusement, nous avons eu la chance de croiser des gardes du parc qui nous ont gracieusement prêté un peu du leur et nous ont donné des conseils plus efficaces que ceux de la pharmacienne de Jean Coutu [tu ne connais pas Jean Coutu ?! Au Québec, tu ne peux passer à côté… C’est la caverne d’ali-baba de la parapharmacie et plus encore…].

Plutôt pas mal cette mise en bouche !

Le lendemain, nous nous sommes attaqués à la randonnée du lac Solitaire (5,5 km – durée prévue de 3h) accessible depuis l’entrée Saint-Jean-des-Piles [visiblement fermée pour la saison estivale 2018]. Comme nous étions de grands novices, nous n’avons pas osé nous frotter aux deux autres chemins de randonnée qui partent du même point mais qui sont sensiblement plus longs. Cette rando présente quelques passages compliqués pour une flippée du vide comme moi, mais globalement, elle est tout à fait gérable. Et, surtout, elle offre de superbes points de vue que je vous laisse admirer…

Premier repas avec vue… Le paradis !

Le Parc de la pointe Taillon

Arrêt pic-nic… seuls sur la plage…

Nous nous sommes ensuite dirigés vers le lac Saint-Jean où nous avons profité du parc de la pointe Taillon. Ici, changement de décor complet : c’est plutôt ambiance “plage et ballade à vélo”. Le parc est assez peu adapté aux piétons, faisant une boucle autour du lac via un chemin plat en gravier. Ce ne fut clairement pas notre meilleure initiative mais nous avons tout de même bien su apprécier cette journée plus calme.

Le parc des Grands-Jardins

Le [presque] dernier parc dans lequel nous avions prévu de nous rendre est celui des Grands-Jardins, du côté de Baie Saint-Paul. Là, nous avons choisi de faire la randonnée du Lac des Cygnes (8,6 km – 4h) où la vue depuis le sommet était encore une fois absolument magnifique ! Seul bémol : c’était un endroit accessible via un sol composé de gros rochers plats, ayant l’air un poil glissant. Et, évidemment, alors que nous faisions notre pause “restauration avec vue”, le vent s’est levé et il s’est mis à pleuvoir. La flipette que suis a donc voulu redescendre fissa avant que cela ne devienne trop “dangereux”. Dois-je préciser que l’averse s’est terminée juste après que nous ayons quitté la partie “périlleuse” et qu’il a ensuite fait grand soleil tout le reste de l’après-midi ?! #karma

Vue depuis le sommet…

Du coup, comme nous avions encore du temps devant nous l’après-midi, nous avons également tenté une seconde randonnée, plus courte mais qui monte sévère : La Chouenne (4,8km – 2h). Là encore, la vue valait le déplacement !

Le parc de la Jacques-Cartier

Enfin, puisque notre découverte de la ville de Québec ne nous a pas enchantés autant que prévu, nous avions choisi d’écourter cette étape du voyage pour prendre un dernier bol de nature avant notre retour à Montréal, direction le parc de la Jacques-Cartier. Là, étant donné que le soir même nous avions rendez-vous chez nos amis installés à une heure au sud de Montréal, nous avons choisi une randonnée assez courte et pas trop difficile, histoire de ne pas trop nous fatiguer vu la longue route qui nous attendait. Nous avons choisi le sentier des Éperons (5,4 km – 2h15). Ce parcours fut assez différent des précédents : plus boisé et plus humide. C’était encore une fois une promenade agréable bien que moins spectaculaire que les autres.

Dernier bain de nature…

Les choses à savoir

Il y a une distinction à faire entre les Parcs Canada (nationaux) et les parcs gérés par la Province du Québec (Parcs Sepaq). L’an dernier, l’accès aux Parcs Canada étaient gratuits pour fêter les 150 ans de la Confédération Canadienne. Or, le seul Parc Canada du Québec est celui de la Mauricie.

L’accès aux autres parcs que nous avons visité était donc chaque fois payant : on pouvait choisir un forfait à la journée ou un pass plus longue durée, mais uniquement pour le parc concerné. Cela leur permet d’offrir de nombreux services (douches, toilettes, espaces de restauration, etc.) mais aussi de maintenir les infrastructures en bon état (escaliers facilitant certains passages difficiles, balcons sur les points de vue, etc.). Nous avons été assez impressionnés par la propreté des parcs et leur bon entretien [ça change de chez nous, dixit la fille qui a failli passer à travers l’un des planchers de la forêt de Soignes pas plus tard que lundi].

Autre chose à savoir : pour y accéder, mieux vaut avoir une voiture car les parcs sont forcément assez éloignés des villes et la distance entre l’entrée d’un parc et ses sentiers peut être longue de plusieurs kilomètres. Après, je connais des drôles de personnages qui ont fait le même trajet que nous, mais à vélo et qui s’en sont sortis vivants, mais fourbus…

Ha oui, et ne vous attendez pas trop à tomber sur des ours ou autres castors à chaque coin de sentier, nous n’en avons pas croisé un seul : je pense que pour cela, il faut se lever bien plus tôt que nous et préférer les randonnées longues [plusieurs jours] sur lesquelles il y a moins de monde.

Et voilà, c’en est fini de ce dernier volet québécois ! La prochaine fois qu’on y retourne, on espère que ce sera sous la neige !

 

* Le crédit photo va à l’Amoureux qui me les prête gracieusement pour illustration.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

Commentaire sur “Le Québec, côté parcs”