Le Québec côté villes : Montréal et Québec City

Salut !

Me revoici pour le second article consacré à notre voyage québécois et comme vous l’aurez sans doute deviné selon le titre, nous allons parler des deux grandes villes que nous avons visitées durant notre séjour : Montréal et Québec.

Québec

Trêve de suspens, je préfère commencé avec celle qui nous a le moins charmés, histoire de terminer sur une notre plus positive. D’ailleurs, je tiens à vous présenter mes excuses pour les photos, il n’y en aura pas beaucoup…

De Québec, on nous avait dit que c’est une ville vraiment charmante, pleine de petites boutiques, que la vieille ville est vraiment magnifique, etc., etc. Alors, tout d’abord, je pense qu’il faut distinguer l’avis que peuvent en avoir les Européens de celui des Québécois ou, plus largement, des personnes qui vivent en Amérique du Nord. En effet, Québec est une ville dont l’architecture est extrêmement européenne, beaucoup plus qu’à Montréal, avec une urbanisation circulaire autour des enceintes de la vieille ville, des petites ruelles assez étroites, etc. Et c’est ce qui fait majoritairement son charme aux yeux des “Américains”. Pour nous Européens, cela ne diffère pas énormément de ce que nous connaissons. Je pense que c’est de là que provient le contraste entre les éloges que nous avons entendus à propos de cette ville durant toute la première partie de notre voyage et notre réaction en la découvrant. Car Québec, c’est joli, je suis tout à fait d’accord, mais c’est surtout très très touristique [autrement dit, c’est bourré de monde : tu vois la Grand Place un jour où il fait soleil à Bruxelles ? Ben, c’est comme ça dans tout le centre de la vieille ville] et pas tellement transcendant côté architecture.

Quand Tintin s’invite à Québec…. Musée des civilisations.

Nous sommes arrivés le jour où s’ouvrait une “concentration de voiliers” venant du monde entier, donc, après nous être remis de notre légère frayeur et avoir arpenté les ruelles de la vieille ville, nous nous sommes dirigés vers le vieux port. L’ambiance y était agréable mais, là encore, il y avait beaucoup de monde et assez peu de voiliers à observer. Par contre, il y avait un spectacle d’acrobatie assez sympa à regarder.

Spectacle d’acrobatie sur le port.

Comme souvent quand nous nous sentons oppressés par le monde, nous avons cherché à nous éloigner un peu du centre névralgique pour faire d’autres découvertes tout aussi sympas. Dans le cas de Québec, nous avons beaucoup aimé crapahuter dans les sentiers pédestres du parc des plaines d’Abraham, tout juste rouvert au public après le Festival d’été. Depuis le parc, il est possible de rejoindre le Vieux Montréal par la Promenade des Gouverneurs. Lors d’une petite averse, nous avons trouvé refuge dans une église reconvertie en un immense magasin de livres d’occasion où étaient diffusées de vieilles chansons québécoises. Il y régnait une ambiance assez particulière, comme hors du temps.

Eglise reconvertie en magasin de livres d’occasion… Drôle d’ambiance.

Nous avons également bien aimé le Quartier de la rue St-Jean où nous avons dégoté quelques bonnes adresses pour satisfaire nos papilles. Et notamment, Chez Victor qui sert de magnifiques burgers et poutines qui donnent l’eau à la bouche et où l’ambiance est vraiment sympathique et détendue. Ils ont plusieurs adresses à Quebec, n’hésitez pas à aller y faire un tour si vous passez par-là. Depuis le début de notre séjour, nous avions décidé de manger une poutine à Québec [oui, chacun son trip, nous c’était celui-là] mais cette ambition a été quelque peu contrariée le premier soir quand nous avons découvert que dans les quelques restaurants qui nous semblaient sympas dans la vieille ville, tous proposaient de la poutine avec de la viande… Heureusement, le deuxième jour, nous avons trouvé notre bonheur avec cette superbe poutine à l’indienne de Chez Victor. Bon, là encore, c’était tellement gargantuesque qu’on a dû faire cinq fois le tour du quartier avant de pouvoir aller nous coucher…

Poutine à l’indienne : beignets de légumes au cumin, sauce au tamarin.

Le matin, pour le petit déjeuner, nous avons trouvé une superbe boulangerie appelée Panetier Baluchon, à deux pas de notre logement qui proposait des roulés à la cannelle et des croissants aux amandes [des amandines, pour reprendre le terme exact] à tomber parterre ! Quand nous logeons en ville, nous adorons nous prendre des viennoiseries avec un bon café que nous allons manger dans un parc en regardant les gens déambuler autour de nous… Pour le café, nous n’avons trouvé notre bonheur que le dernier jour à la brûlerie Cantook Café. On a regretté de ne pas l’avoir repéré plus tôt !

Montréal

En ce qui concerne Montréal, c’est une toute autre histoire ! Nous pouvons carrément dire que nous sommes tombés en amour pour cette ville [je dis pas ça trop fort, sinon ça va faire flipper nos mamans] ! Je ne vais pas vous faire un tableau exhaustif de ce que nous y avons vu car l’article serait beaucoup trop long mais plutôt un résumé de nos impressions sur cette ville.

Nous logions sur le plateau Mont-Royal, un vraiment très chouette coin, pas très éloigné du centre, à deux pas du village gay dans un sens et du Mont-Royal dans l’autre, très vert, très branché , etc. [bref, il n’a que des qualités !]. Je vous laisse découvrir ça en images…

L’architecture typique des immeubles montréalais avec leurs escaliers extérieurs.

Les trois premiers jours, nous logions sur la très longue rue Saint-Denis où se trouvent de nombreuses boutiques en tous genres [librairies, magasins de vêtements, petites boutiques de déco, etc.], le coin idéal pour les amateurs de magasinage en plein air ! J’y ai d’ailleurs dégoté mon nouvel imperméable à la boutique Lolë [une marque de sport canadienne où ils ont de très jolies choses et une philosophie qui me plait bien] que j’ai officiellement nommé meilleure acquisition “chiffon” de l’été 2017 !

A Montréal, tu trouve du street-art à tous les coins de rue.
Petit tour dans le quartier gay

Une ville entre vieille Europe et Amérique

Lors de notre visite du centre-ville, nous avons été frappé par la grande différence entre la vieille-ville qui fait encore assez européenne [mais nettement moins que Québec tout de même] et le quartier des affaires qui nous plonge directement dans une ambiance américaine.

Vue du centre-ville depuis le Mont-Royal.

Nous avons beaucoup aimé le Vieux-Montréal, notamment la place d’Armes qui dégage une ambiance de calme en pleine effervescence de la ville. Plusieurs genres architecturaux s’y mélangent, c’est assez étonnant. Ce jour-là, il y avait un musicien qui jouait de manière très discrète mais qui participait agréablement à l’ambiance de la place. Nous avons apprécié nous arrêter quelques minutes pour l’écouter et admirer les bâtiments qui nous entouraient.

Musicien sur la Place d’Armes.

Le quartier du vieux-port est également sympa, avec les petites ruelles qui mènent du centre jusqu’à lui. Il n’y avait vraiment pas beaucoup de monde dans ces rues, nous pouvions vraiment prendre notre temps pour flâner.

Les petites rues autour du Vieux-Port.

Une fois arrivés au Vieux-Port, on découvre alors un spectacle assez étonnant avec un ancien silo à grain, perdu au milieu de la verdure.

Le fameux silo.

Une ville qui bouge

Une chose est sûre, il faut vraiment le vouloir pour s’ennuyer à Montréal pendant l’été ! Il y a vraiment des activités dans tous les sens et pour tous les goûts ! Et quand les Québécois organisent quelque chose, ils ne le font pas à moitié. Rien que sur les six jours où nous avons fréquenté la ville, deux gros festivals étaient organisés : Montréal complètement Cirque et le Festival Juste pour rire. A ces occasions, des quartiers entiers sont fermés pour laisser libre circulation aux piétons et pour ce que nous en avons vu, cela ne pose pas particulièrement de problème en termes de circulation [Bruxelles, prends-en de la graine !]. L’autre chose qui nous a particulièrement marqués, et ce d’autant plus au cours de ces événements, c’est le caractère extrêmement respectueux des habitants. Tout se déroule dans le calme, chacun trouve une place pour s’installer sans déranger les autres ; aux attractions, les gens font calmement la file sans se bousculer, … Bref, c’est agréable ! Tu n’as pas cette sensation d’oppression que tu pourrais avoir à Bruxelles quand tu décides d’aller assister à un concert en plein air ou que sais-je.

Drôle de rencontre….
Répétition de spectacle…
Spectacle Rouge, dans le parc Emile Gamelin, rebaptisé Jardins Gamelin pour l’occasion.
Toujours Rouge.

Une ville verte

Que ce soit grâce aux nombreux aménagements floraux dans les quartiers résidentiels ou grâce aux parcs disséminés à travers la ville, nous avons trouvé que Montréal était une ville très verte. Durant tout notre séjour, nous avons fait du parc Lafontaine notre lieu de prédilection pour souffler avant d’aller manger ou pour prendre un bol de verdure avant d’aller découvrir d’autres quartiers. C’est un endroit super agréable où les habitants se retrouvent pour profiter du beau temps [tu le sens bien que les pauvres ont eu six mois d’hiver rigoureux ; dès qu’il y a un rayon de soleil, ils sont au parc, encore plus vite que les Belges aux terrasses de café !].

Parc Lafontaine. Au moins un écureuil se cache sur cette photo, le trouverez-vous ?
Le parc Lafontaine en fin d’après-midi.
Et je ne pouvais pas ne pas vous mettre une photo d’écureuil, il y en a vraiment partout !

L’autre poumon vert de la ville, c’est bien entendu le fameux Mont-Royal ! Bon, je vais être honnête avec vous, nous l’avons joué “petits joueurs” et l’avons monté en bus : il faisait froid, il pleuvinait un peu et le chemin nous semblait un poil long. La vue au sommet n’a pourtant rien perdu de sa superbe…

Vue depuis le sommet du Mont-Royal.
Vue depuis notre tentative de repli sous le belvédère pour éviter l’averse.

Comme le temps n’était pas vraiment au rendez-vous ce jour-là, nous ne nous sommes pas trop attardés. Par contre, lors de notre second arrêt montréalais, nous avons profité d’une journée plus ensoleillée pour faire le tour du parc qui entoure le Mont-Royal. Bon, qu’on se le dise, le Lac aux Castors n’est encore une fois qu’une invention pour tromper le touriste, il n’y a pas le moindre grignoteur de tronc à proximité ! Mais c’est un endroit assez joli bien que fort prisé. Nous lui avons largement préféré le Parc Lafontaine, qui semble davantage fréquenté par les habitants du quartier que par les touristes.

Le fameux Lac aux Castors.

Une ville où l’on mange plutôt pas mal

On nous avait dit qu’il était assez facile de manger végétarien à Montréal et c’est tout à fait vrai. Nous y avons découvert quelques bonnes adresses où nous nous sommes régalés.

Tout d’abord, chez L’Gros Luxe, une petite chaîne qui possède plusieurs restaurants en ville dont une antenne entièrement végétarienne avec de nombreuses options végétaliennes possible. Nous avons trouvé cela tellement bon que nous y sommes allés à deux reprises. Les plats proposés appartiennent à ce que nous pourrions qualifier de “confort food” : des burgers, du chili sin carne, des pittas, etc.

Lors d’une “soirée québécoise” avec ma collègue M. qui est originaire de Montréal et revenait dans sa famille pour les vacances, nous sommes allés à La Panthère verte, une autre chaîne qui propose uniquement des plats végétaliens. Nous avons tenté l’adresse sur Saint-Denis, en plein festival du cirque mais comme nous nous étions mis à l’heure québécoise [c’est-à-dire rendez-vous pour souper à 17h30], il n’y avait pas grand monde. C’était une très agréable soirée, en très bonne compagnie et qui nous a permis de faire des activités que nous n’aurions certainement pas faites de nous-mêmes comme aller jouer à des jeux de société géants en plein air ou tester le tir au paint-ball [spoiler alerte : je suis une vraie quiche, ne comptez jamais sur moi pour y jouer en vrai…].

Lorsque nous logions rue Panet, nous avons également trouvé une très bonne petite boulangerie artisanale, qui ne paie pas de mine depuis l’extérieur, où ils font des baguettes et des quiches absolument délicieuses. Notons également que les vendeuses y sont hyper sympas car, le dernier jour, nous cherchions un lieu où nous pouvions bruncher histoire d’être calés jusqu’au moment de prendre l’avion. Quand nous sommes entrés pour voir si elles proposaient une formule brunch, elles nous ont indiqué plusieurs endroits où nous pouvions trouver notre bonheur. Une occasion de plus pour nous prouver qu’il fait vraiment bon vivre à Montréal !

Et justement, pour bruncher à deux pas du parc Lafontaine, nous vous conseillons le bistro Tôt ou tard, une adresse où nous sommes également allés deux fois : une première fois, le soir de notre arrivée dans notre dernier logement car il était assez tard et que nous n’avions pas le temps de chercher plus avant un lieu où manger [oui, manger après 21h, au Québec, c’est pas toujours évident… J’vous rappelle qu’ils débutent le souper vers 17h30…]. Le hasard [et un peu Yelp aussi] nous y a menés et il a assez bien fait les choses ! Ils ont une carte assez bien fournie avec de nombreux plats végétariens [z’imaginez pas, nous avions l’embarras du choix dans un resto non estampillé végé, c’était bombance !]. Leurs plats de pâtes sont assez copieux, avec beaucoup de légumes frais et très similaires à ce que nous pouvons trouver dans un italien en Belgique, ce qui nous a agréablement surpris par rapport aux autres restaurants où nous avions mangé des pâtes. Et donc, pour en revenir au brunch, nous avons testé la formule “pain doré nature” [leur version du pain perdu] et c’était très très bon. Là aussi, assez gargantuesque puisque nous avions droit à trois grosses tranches de pain, accompagnées du traditionnel sirop d’érable et d’une généreuse coupelle de fruits frais. Une adresse à retenir, donc !

Voilà pour ce second volet de nos aventures !

Il y aurait encore plein de choses à dire sur Montréal mais cela vous donne déjà un bon aperçu de ce qu’a été notre séjour dans cette ville. J’espère bien y retourner dans quelques années, tellement l’ambiance sur place m’a plu. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...