Prix des Lecteurs du Livre de Poche : sélection de mai 2018

Salut !

Comme vous pouvez le voir, en ce moment, je fais le strict minimum par ici… Retrouvons donc mon avis sur la sélection de mai du Prix des Lecteurs du Livre de Poche.

Les Cygnes de la Cinquième Avenue de Mélanie Benjamin

Résumé

New-York 1975. Truman Capote vient de sortir la Côte Basque, une nouvelle qui fait scandale… Mélanie Benjamin nous propose de retourner en arrière pour découvrir qui sont les personnages de cette nouvelle et quelle étrange relation Truman a développé vis-à-vis d’eux.

Ce que j’en ai pensé ?!

J’ai vraiment éprouvé de grosses difficultés face à cette lecture ! Non pas que le roman soit mauvais ou mal écrit… Mais les personnages qu’il dépeint sont absolument détestables ! Et ils ont tous réellement existé. Dans ce roman, nous rencontrons Truman Capote au début des années 50 lorsqu’il fait la connaissance de Babe Paley, une icône de la mode new-yorkaise mariée au grand patron de la CBS, et ses amies de la haute société, surnommées les cygnes pas Capote. Très vite Babe et Truman vont développer une relation très intime, mais chaste, qui suscitera l’incompréhension de leurs proches.

Si Babe est un exemple de classe et de gentillesse, on se rend très vite compte que ce n’est pas le cas de Truman qui est un être totalement abject ! Il passe son temps à colporter des ragots sur ses “amies” et à les trahir dès qu’il peut en tirer un quelconque profit. En gros, ce livre, c’est un peu Gossip Girl en version années 50 !

Mélanie Benjamin nous décrit la solitude de ces femmes qui n’ont été élevées que dans le but de devenir des trophées qu’exposeraient de riches hommes. Elles sont toutes démunies face à la vieillesse qui les rattrape : elles sont humiliées par le comportement de leur mari qui les trompent allègrement mais n’en laissent rien paraître dans le Monde. Tout dans leur vie n’est qu’apparences.

En tant que lecteur, on ressent une curiosité malsaine en suivant leurs aventures et en comprenant que leur richesse ne les a pas rendues plus heureuses, que du contraire !

Le roman donne également envie de découvrir l’oeuvre littéraire de Truman Capote car on y apprend le contexte dans lequel il a écrit ses romans et ses nouvelles, ainsi que la manière dont le public les as reçus.  Par contre, cela ne fait clairement pas aimer l’homme.

La vie ne danse qu’un instant de Thérésa Révay

Résumé

Rome, 1936. Alice Clifford est une journaliste américaine installée en Europe pour témoigner de la situation politique du vieux continent. Elle fréquente régulièrement les lieux de pouvoir et entame une liaison avec un jeune diplomate fasciste. Néanmoins, la jeune femme reste terriblement libre et n’hésite pas à tout plaquer assez régulièrement pour aller suivre l’évolution des conflits aux quatre coins de l’Europe.

Ce que j’en ai pensé ?!

J’ai beaucoup aimé ce roman qui nous donne une assez bonne vision de ce qu’était la situation politique du Sud de l’Europe avec la montée du fascisme. Cet ouvrage est vraiment bien documenté et nous laisse entrevoir l’envers des relations entre les dirigeants italiens, espagnols et allemands. Je dois dire que c’est assez révoltant de voir comment les choses se sont décidées… C’est aussi un point de vue assez original car, souvent, les romans se penchent plutôt sur les relations entre les Alliés et l’Allemagne mais les situations italiennes et espagnoles sont moins souvent évoquées.

Ce roman met également en avant le rôle du Vatican dans le conflit ainsi que l’aide qu’il a apporté aux résistants allemands qui ont tenté de renverser Hitler. C’est donc un roman très intéressant pour le point de vue historique qu’il dépeint.

J’ai également aimé le personnage d’Alice, si ce n’est que ses histoires d’amour compliquées ne m’ont pas toujours parues très réalistes. C’est une femme forte et fragile à la fois, incroyablement engagée et qui ne craint pas de risquer sa vie pour défendre les valeurs qui lui tiennent à cœur. Elle est aussi merveilleusement libre dans la manière dont elle organise sa vie et son métier, ce qui devait être assez rare à l’époque. Elle peut aussi se montrer arrogante et butée, ce qui ajoute un peu de sel à son histoire.

Ce roman est aussi un bel hommage aux journalistes, reporters de guerre, qui côtoient la mort tous les jours et, plus particulièrement aux femmes qui ont choisi ce métier.

La Ballade de l’enfant-gris de Baptiste Beaulieu

Résumé

Un jeune interne raconte les derniers jours à l’hôpital d’un de ses petits patients. Un événement grave va arriver qui lie à jamais l’enfant, sa mère et le jeune interne. Celui-ci perd doucement pied dans la réalité et se lance dans une drôle de quête pour retrouver la mère de l’enfant.

Ce que j’en ai pensé ?!

Je ne vous dirai pas grand chose de ce roman, si ce n’est que je l’ai abandonné aux trois-quarts. J’ai déjà beaucoup entendu parler de l’auteur, dont je suis les péripéties sur Twitter. J’étais donc curieuse de voir ce qu’il proposait comme roman. Malheureusement ici, ça ne m’a pas du tout plu ! Le roman alterne entre des passages qui ont eu lieu avant la Déchirure et des chapitres ayant eu lieu après celle-ci. Dans les deux parties, l’histoire est racontée de manière chronologique. Sauf qu’on ne sait pas ce qu’est cette Déchirure, si ce n’est que ce fut un moment assez traumatisant pour le narrateur. Mais tout au long du récit, l’auteur entretient un certain suspens autour de ce moment, sans vouloir nous dire ce qu’il en est. Et ce genre de suspens artificiel, ça a le don de m’énerver prodigieusement ! Si vous avez lu Le Livre des Baltimore  de Joël Dicker, c’est dans le même style mais en pire !

Ajoutez à cela une histoire vaguement ésotérique qui implique la présence d’un fantôme… Vous m’avez perdue à tout jamais !

~~~~~~~~

Pour ce mois-ci, ma préférence va largement à La vie ne danse qu’un instant qui était une excellente lecture ! En plus, il me permet de renouer avec le Challenge Un pavé par mois de Bianca que je n’avais pas eu la possibilité d’honorer ces derniers temps ! Que demander de plus ?!

Vous connaissez ces romans ? Ils vous tentent ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

5 commentaires sur “Prix des Lecteurs du Livre de Poche : sélection de mai 2018”