Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2018 : sélection d’avril

Salut !

C’est avec une bonne quinzaine de jours de retard que je vous présente mon avis sur la sélection du mois d’avril. Ne perdons plus de temps ! C’est parti !

Mer agitée de Christine Desrousseaux

Résumé

A près de 70 ans, Jean accueille son petit fils, Léo, qui rentre tout juste de mission d’Afghanistan. Très vite, il se rend compte que quelque chose ne va pas chez le jeune homme : il ne dort pas la nuit, reste enfermé dans sa chambre à écouter une musique assourdissante et est sujet à des crises de colère soudaines. Quelques jours après qu’il se soit violemment disputé avec une jeune fille du village, une autre adolescente est retrouvée assassinée. Il n’en faut pas plus pour que toute la population le désigne coupable.

Ce que j’en ai pensé ?!

Ce roman, construit sous la forme d’un journal de bord, se lit très rapidement. On ne peut s’empêcher de prendre ce grand-père en sympathie. Démuni devant le comportement de son petit-fils qui refuse de parler. Il est d’autant plus touchant qu’il subit l’opprobre de tout un village alors qu’aucune preuve n’est encore venue confirmer la culpabilité de Léo.

Par ce récit, l’autrice aborde la question du stress post-traumatique et ses conséquences, même après un retour à la vie civile. Elle nous parle aussi de l’importance d’une famille stable dans la construction psychologique d’un enfant ou d’un adolescent.

La seule partie qui m’a déplu, c’est celle de cette romance improbable qu’on est venu intégrer au récit et qui, pour moi, n’était vraiment pas nécessaire.

Ce roman m’a également fait penser à “Journal d’un corps” de Daniel Pennac par les descriptions que Jean fait de ses impressions post-baignades et de ses inquiétudes face à ce vieux corps qui semble doucement se déliter…

La valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia

Résumé

Ce roman raconte les derniers jours de Van Gogh alors qu’il s’est installé dans le petit village d’Auvers-sur-Oise et vit une histoire d’amour controversée avec Marguerite, la fille du fameux docteur Gachet de son célèbre tableau. Alors que Marguerite, étouffée par le manque de perspectives que peut avoir une jeune fille de sa condition, le peintre ne vit que pour ses couleurs et ses pinceaux.

Ce que j’en ai pensé ?

Aïe, Aïe, Aïe ! On dirait bien que mon histoire d’amour littéraire avec cet auteur est en train de battre de l’aile ! C’est le 2e livre de lui que je lis en six mois et qui m’ennuie profondément ! J’ai pourtant aimé l’idée de cette jeune fille qui tient tête à son père et refuse les carcans qu’il lui impose, préférant vivre une existence plus exaltante. Cependant, j’ai trouvé cette histoire un brin trop caricaturale et j’ai eu beaucoup de mal à accrocher au style qui se voulait d’époque mais qui m’a semblé assez artificiel. Du coup, j’ai terminé ma lecture en diagonale… Mauvaise pioche !

Par Amour de Valérie Tong Cuong

Résumé

Le Havre, Seconde Guerre mondiale. Nous suivons deux sœurs et leurs familles respectives qui tentent vaille que vaille de survivre aux horreurs de la guerre, chacune à sa manière. L’une est besogneuse, l’autre plus frivole. Rapidement, le malheur et la maladie les rattrapent alors qu’elles tentent tout ce qu’elles peuvent pour épargner leurs enfants.

Ce que j’en ai pensé ?

Encore un bouquin sur la 2eGM ! Voilà qui fut ma première réaction en le découvrant ! Heureusement que j’aime cette période de l’Histoire car nous en sommes plutôt servi dans cette sélection…

Dans ce roman, nous alternons les points de vue entre chaque membre de ces deux familles, adultes comme enfants. J’ai trouvé que l’autrice parvenait réellement bien à rendre compte de la spécificité de chacun dans son écriture, sans que cela ne paraisse trop artificiel. Chaque personnage est fort, à sa manière, mais possède également ses parts d’ombres et ses pensées, parfois, honteuses. Des héros du quotidien, pas toujours sûrs de prendre les bonnes décisions.

L’autre côté de ce livre qui m’a plu, c’est le passage concernant les enfants envoyés loin des conflits, que ce soit dans le sud de la France ou en Algérie. C’est un aspect de l’Histoire que je ne connaissais pas [et vous commencez à me connaître, j’aime apprendre de nouvelles choses grâce à mes lectures !]. Là encore, on sent le tiraillement intérieur de ces enfants, partagés entre le soulagement d’être à l’abri et la culpabilité d’être loin de leurs proches.

Par contre, petit bémol, j’ai trouvé que certains enchaînements d’événements étaient terriblement prévisibles et, parfois, assez peu crédibles.

Encore une fois, je suis assez mitigée face à cette sélection ! Je m’étonne de connaître autant de déceptions alors que, d’habitude, la pastille rouge est plutôt gage de qualité à mes yeux !

Vous avez lu un des ces livres ?!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

5 commentaires sur “Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2018 : sélection d’avril”