Le Livre des Baltimore de Joël Dicker

A moins que vous ne viviez dans une grotte sans aucune connexion avec le monde extérieur, vous n’avez pas pu passer à côté de la sortie du nouveau roman de Joël Dicker : Le Livre des Baltimore [ou alors, vous ne vous intéressez absolument pas à la littérature… mais donc,… que faites-vous là ?!].

Comme beaucoup, j’avais été véritablement happée par le 1er volet de la série centrée autour du personnage de Marcus Goldman : La Vérité sur l’affaire Harry Québert. J’attendais donc avec impatience de lire ce second opus ! D’autant plus que j’ai eu la chance d’aller écouter le beau Joël chez Filigranes et qu’il avait achevé de me convaincre, déjà à ce moment-là !

Dicker_Joel_Livre_Baltimore

Résumé

Alors qu’il vient de s’installer en Floride, non loin de l’ancienne maison de son oncle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, voit réapparaître les fantômes du passé. Tout commence avec la rencontre fortuite d’Alexandra, son amour de jeunesse. De là, Marcus, en quête d’un sujet pour son nouveau roman, ne peut s’empêcher de replonger dans son histoire familiale et plus précisément, dans celle de ses cousins, les Goldman-de-Baltimore. Ces derniers, disparus de manière tragique, étaient fort proches d’Alexandra, quelques années auparavant. Et si, pour s’affranchir de sa culpabilité face aux événements passés, Marcus pouvait redorer le blason familial par le biais de l’écriture ? Il pourrait ainsi écrire un roman retraçant la vie de ses cousins, depuis leur enfance jusqu’au Drame qui mena à leur désintégration ! Mais est-ce vraiment la solution ? 

Ce que j’en ai pensé ?

Rapidement après sa sortie, les voix de ses détracteurs se sont élevées pour critiquer la qualité de ce nouveau roman, comme ce fut déjà le cas avec le premier [prenons l’exemple de ce cher Yann Moix, pour ne citer que lui]. Encore une fois, on reproche à Joël Dicker la facilité de son écriture et l’utilisation de certaines ficelles, un peu trop grosses… Oui, c’est vrai ! Mais comme c’est le cas pour la grosse majorité des auteurs de notre époque ! Alors, pourquoi tant de haine ?!

Dans ce roman, Joël Dicker reprend les méthodes qui avaient bien fonctionné la première fois : la montée progressive du suspens, les nombreux flash-back, le recours au narrateur-écrivain qui porte un regard critique sur son propre travail, etc. Du coup, ça marche à nouveau plutôt pas mal ! Alors bien sûr, je savais déjà qu’il usait et abusait du mot “Drame” dans son roman pour parler de ce qui va arriver aux Goldman-de-Baltimore et qu’arrivé au moment fatidique, on se dit forcément “Tout ça pour ça ?!” [merci les copines qui l’avaient déjà lu]. Du coup, l’ayant vu venir, je n’étais ni étonnée, ni déçue au moment tant attendu. Au contraire, je me suis laissée happée par l’histoire, une fois de plus ! La preuve ?! Je n’ai pas lâché ce livre pendant deux jours !

Vous pourriez voir ce roman classé dans la section polar ou thriller de votre librairie. Sachez qu’il n’en est rien. Joël Dicker nous livre ici une saga familiale où les héros connaissent succès et défaites tout au long de leur vie. Bien que le narrateur soit Marcus, celui-ci se tient en retrait, pour se pencher plus avant sur le destin de ses cousins. On y découvre un jeune garçon envieux, relativement effacé, qui voue une admiration sans borne à sa famille de Baltimore.

Une fois encore, l’auteur profite de son roman pour dénoncer les pratiques douteuses de l’édition et de l’industrie cinématographique, notamment par le biais d’un agent un peu trop entreprenant. C’est aussi une belle critique de cette société de l’apparence où chacun pense que l’autre a mieux réussi que lui, ne voyant que les succès que ce dernier accepte de montrer. Une leçon que le narrateur découvrira peut-être un peu trop tard…

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ma lecture et je vous encourage vivement à vous laisser tenter, si vous hésitez encore !

Et vous, que pensez-vous de Joël Dicker ?! 

Et hop, premier roman de novembre pour le challenge de Bianca !

challenge-un-pave-par-mois

Infos pratiques :

  • Titre : Le Livre des Baltimore
  • Auteur : Joël Dicker
  • Edition : Editions de Fallois, 2015
  • Nombre de pages : 476 pages
  • Type de public : adolescent, adulte, amateur de romans contemporains et/ou de sagas familiales
Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

6 commentaires sur “Le Livre des Baltimore de Joël Dicker”