Le Maître du Haut-Château de Philip K. Dick

J’ai découvert Le Maître du Haut-Château de Philip K. Dick sur la chaîne de Ninon et j’ai tout de suite été enthousiasmée par le concept ! Du coup, comme j’ai l’intention de développer un peu mes connaissances en SFFF [qui sont proches du néant pour le moment], je l’ai rajouté à ma wish-list de Noël.

Résumé

San-Francisco, 1968. 20 ans plus tôt, l’Allemagne nazie et le Japon ont gagné la Seconde Guerre mondiale et se sont partagé le monde. L’Ouest des USA est sous domination nippone, tandis que les Allemands dirigent l’Est. Au centre subsiste un territoire neutre, appelé Les Rocheuses, où les citoyens américains sont “libres”. 

On suit le parcours de plusieurs personnages qui se débattent pour accepter les convenances de ce nouvel ordre des choses. Leurs destins sont liés sans qu’ils ne le sachent nécessairement. Tous, qu’importe leur religion originelle, remettent aujourd’hui leur destin entre les pages du livre de Yi King, un genre d’oracle chinois créé bien avant JC.

Dans le même temps, un autre livre vient bouleverser leurs nouvelles habitudes : Le Poids de la sauterelle d’un certain Abendsen. Il s’agit d’un roman uchronique qui imagine ce que serait devenu le monde si les nazis avaient perdu. Bien entendu, ces derniers censurent l’ouvrage qui remet en question leur suprématie. 

Ce que j’en ai pensé ?!

J’ai été assez surprise par le contenu de ce roman. Je ne me souvenais plus vraiment de ce qu’en avais dit Ninon. Je m’attendais à suivre un personnage principal qui se débat dans ce nouveau monde et nous raconte comment les choses en sont arrivées là. Je l’imaginais en héros qui allait tenter de renverser le régime en place… Je me suis complètement plantée !

Finalement, j’ai trouvé ce roman très contemplatif : il ne s’y passe pas grand chose si ce n’est la vie quotidienne de ces différents personnages, dans l’Amérique occupée. On y découvre, de loin, les ravages du régime nazi sur l’ensemble de la planète : exterminations diverses, jeux nucléaires, etc.

Philip K. Dick développe assez peu le contexte dans lequel évoluent les personnages : on ne comprend pas vraiment comment fonctionnent les relations politiques entre l’Allemagne et le Japon, qui semblent être placées sous le signe de la domination allemande et d’une certaine hostilité passive. On comprend vaguement que les Américains, bien qu’ils aient eu la vie sauve, sont considérés comme des sous-hommes qui n’ont pas droit à autant de considération que les Japonais ou les Allemands. Du coup, tout cela m’a plutôt déçue. J’aime les romans dont l’univers est construit avec beaucoup de détails, me permettant de bien l’appréhender, surtout lorsqu’il s’agit d’univers “parallèles”.

La plupart des personnages (un marchand d’art américain, un couple de jeunes japonais, un diplomate japonais, un ouvrier américain d’origine juive (Frank), un espion allemand ou encore un fasciste italien) sont relativement imbuvables. La seule qui sort un peu du lot est Juliana, l’ex-femme de Frank, jeune prof de sport qui s’est réfugiée dans les rocheuses et qui va être bouleversée par la lecture du Poids de la sauterelle. On sent qu’elle réfléchit à sa situation, qu’elle essaie de comprendre pourquoi les choses en sont arrivées là et qu’elle pourrait remettre en cause facilement la politique actuelle. Les autres personnages se contentent plutôt de subir leur sort, sans remettre en question le régime allemand, même s’ils ne l’approuvent pas tous.

Honnêtement, j’ai essentiellement poursuivi ma lecture parce que je voulais comprendre comment ce roman était devenu une référence du genre [et aussi parce que c’était un cadeau et que j’aime pas abandonner les livres qu’on m’a offerts] mais j’étais assez peu emballée. La fin est une véritable énigme qui n’a fait que me frustrer davantage… Bref, je ne suis pas réellement convaincue par ce roman, mais je compte bien laisser encore sa chance à l’auteur, peut-être en lisant certaines de ses nouvelles. Un conseil à me donner ?

Vous l’avez lu ? 

Infos pratiques

  • Titre : Le Maître du Haut-Château (The Man in the High Castle)
  • Auteur : Philip K. Dick
  • Edition : J’ai Lu, 2013
  • Nombre de pages : 380 pages
  • Genre : science-fiction, uchronie
  • L’info en plus : le roman a été adapté en série par Ridley Scott et est commercialisée par Amazon.
  • Challenges : ce roman me permet de cocher la catégorie “un classique de la SF” du challenge 2017 de Mille vies en une.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

5 commentaires sur “Le Maître du Haut-Château de Philip K. Dick”