Prix du Polar Points 2016 : dernière fournée

Me revoilà pour vous présenter les trois derniers romans lus dans le cadre de ce Prix du Polar Points 2016. Comme vous le verrez, cette dernière fournée sera meilleure que les précédentes mais ne m’aura malheureusement pas apporté le coup de cœur tant attendu !

Une vraie famille de Valentin Musso

Musso_vraie-famille

Voici un thriller en forme de huis-clos qui m’a relativement bien plu même s’il ne m’a pas véritablement surprise… De Valentin Musso, je ne connaissais que le frère, dont je ne suis pas spécialement fan : c’est donc une assez bonne surprise.

Résumé

François et Mathilde Vasseur sont deux riches intellectuels parisiens venus se réfugier dans leur maison de campagne en Bretagne, suite à un drame familial qui les a particulièrement éprouvés.

Ils font alors la connaissance de Ludovic, un jeune homme secret qui s’installe chez eux, le temps de faire quelques travaux. Rapidement, une drôle de routine assez malsaine s’installe entre eux trois. Ludovic se rend de plus en plus indispensable et semble avoir une grande influence sur la vie des Vasseur.

Ce que j’en ai pensé ?!

Ce roman commence fort, avec une scène assez violente dont on ne comprend pas directement le lien avec le reste du roman.

Tous les personnages de ce huis-clos sont assez secrets, ce qui nous empêche, dans un premier temps, d’avoir toutes les cartes en main pour comprendre le récit. Cela diminue également nos possibilités de nous identifier ou de nous attacher à eux.

J’ai bien apprécié la première partie : il y a du suspens, on se demande qui sont les personnages et on sent la tension monter sans trop savoir qui va déraper, ni comment. Puis, le twist arrive et là, j’ai déchanté : c’est long, peu crédible et assez redondant. Personnellement, je n’attendais plus qu’une chose : que ça se termine, qu’importe le comment !

Par contre, j’ai beaucoup aimé le traitement qui a été fait de la fusillade initiale et de ses conséquences. Ça augmente la tension du récit sans que l’on sache quels sont exactement les liens avec les événements présents.

Globalement, ce fut une lecture plaisante mais ce n’était clairement pas le thriller le plus passionnant qu’il m’ait été donné de lire !

Infos pratiques

  • Titre : Une vraie famille
  • Auteur : Valentin Musso
  • Edition : Points, 2016
  • Nombre de pages : 430 pages
  • Ma note : 14/20

~~~~~~~~~~

Le moineau rouge de Jason Matthews

moineau-rouge

Direction la Russie, avec l’avant-dernier roman de cette sélection !

Résumé

La guerre froide a beau être terminée depuis longtemps, les USA et la Russie continuent la guerre de l’espionnage. Dominika, jeune Russe et nièce d’un haut dirigeant du SVR (ex-KGB) est chargée de séduire Nate Nash, un jeune agent de la CIA, en contact direct avec une taupe infiltrée dans cette même SVR. Cependant, les choses ne semblent pas se dérouler tout à fait comme prévu, ce qui pousse les deux agents à entrer dans un jeu dangereux…

Ce que j’en ai pensé ?!

Globalement,  j’ai beaucoup apprécié ma lecture : l’intrigue est bien ficelée et il était difficile de déterminer où les décisions prise en haut-lieu allaient emmener Nate et Dominika.

Cependant, j’ai trouvé que le roman connaissait de nombreuses longueurs ! Pour moi, il aurait facilement pu être raccourci de 200 pages sans que l’histoire n’en soit vraiment impactée.

Du point de vue des personnages, j’ai aimé ce que l’auteur a essayé de faire avec le personnage de Dominika. Même si on se rapporte souvent à son physique de rêve, il s’agit d’une jeune femme intelligente, au caractère fort, et qui n’a pas froid aux yeux. A côté d’elle, Nate a d’ailleurs l’air bien fade ! Par contre, lecteurs féministes, prenez garde ! Car, même si Dominika répugne à jouer le rôle qu’on essaye de lui faire endosser, elle est souvent contrainte de jouer de son charme et d’écarter les cuisses pour mener à bien les missions qu’on lui impose [d’où le terme de moineau]. Elle a également une sorte de pouvoir “surnaturel” qui permet de voir les émotions des gens en halos de couleurs. Malheureusement, j’ai trouvé que ce point n’était pas exploité correctement.

Sur le fond, même s’il semble aux premiers abords que les grands méchants sont les Russes et que les Américains défendent de nobles idées, on voit, au fur et à mesure de l’avancement de l’intrigue, que les choses ne sont pas aussi simples que cela. Et ce point-là m’a beaucoup plu !

Politiquement, par contre, c’est essentiellement l’image de Poutine qui est écornée [pas sûre qu’il apprécie s’il tombe dessus, d’ailleurs].

Je suis loin d’être une grande adepte du roman d’espionnage mais celui-ci a su me convaincre ! Sa fin ouverte laisse d’ailler présager la possibilité d’une suite que je risque fort bien de me procurer. A voir !

Infos pratiques

  • Titre : Le moineau rouge
  • Auteur : Jason Matthews
  • Edition : Points, 2016
  • Nombre de pages : 648 pages
  • Ma note : 15/20

~~~~~~~~~~

Que la bête s’éveille de Jonathan et Jesse Kellerman

kellerman-golemEt voilà que se clôture cette sélection ! J’avais pas mal d’appréhensions concernant cette dernière briquette : j’ai eu le malheur d’aller voir sa fiche descriptive sur Goodreads et les critiques étaient loin d’être réjouissantes… D’autant plus que le sujet m’intéressait moyen. Pourtant, j’ai lu Les Visages de Jesse Kellerman, il y a quelques années et j’avais assez bien aimé.

Résumé

Jacob Lev, flic alcoolique et dépressif à Los Angeles a été rétrogradé à la circulation parce qu’il était un peu trop cynique au goût de son chef de la brigade des Homicides.  Mais soudainement, le voilà muté dans un service mystérieux dont il n’avait jamais entendu parler : le services des affaires spéciales. La raison de sa mutation ? Il est juif ! Et l’on vient justement de découvrir une tête au beau milieu du salon d’une maison abandonnée, accompagnée d’une inscription en hébreu signifiant “justice”…

Ce que j’en ai pensé ?!

Si je ne devais utiliser qu’un seul mot pour décrire ce roman, je choisirais “étrange”. 

A côté de l’enquête policière classique, les auteurs nous proposent une énigme mythologique autour des personnages d’Acham, la sœur de Caïn et Abel, et du Golem de Prague. Chaque grande partie du roman s’ouvre par le récit de la vie d’Acham [et du peuple juif, si j’ai bien compris] qui semble avoir traversé les siècles. En dehors de son aspect religieux,  ce récit revêt un caractère fantastique qui m’a quelque peu échappé.

Par contre, j’ai été complètement happée par l’intrigue dans laquelle Jacob est entraîné. Encore une fois, il s’agit d’un portrait de flic assez caricatural [dépressif, alcoolique, divorcé et dragueur] mais il dégageait une certaine fragilité qui le rendait terriblement humain.

J’ai trouvé que l’enquête en elle-même tenait bien la route et j’avais assez hâte de connaître le dénouement.

Ce que je n’ai pas aimé, ce sont les mystères autour de ce fameux service des affaires spéciales : qui sont ces hommes et quel est réellement leur rôle ?! Même si je pense avoir compris dans les grandes lignes, je reste frustrée ! J’ai vu qu’un second tome sortait le 3 novembre, sans doute répond-il à certaines de mes interrogations.

Et que dire de cette fin que je n’ai absolument pas comprise ?! [et visiblement, je ne suis pas la seule dans le cas] Elle vient ruiner complètement l’impression que m’avait faite cette lecture qui, jusqu’au trente dernières pages, m’avait énormément plu. Quel dommage !

Infos pratiques

  • Titre : Le Golem d’Hollywood [version grand format]/ Que la bête s’éveille [version poche]
  • Auteurs : Jonathan et Jesse Kellerman
  • Edition : Points, 2016
  • Nombre de pages : 664 pages
  • Ma note : 14/20

~~~~~~~~~~

Rendez-vous la semaine prochaine pour un bilan de cette aventure et pour que je vous révèle celui que je considère comme ma meilleure lecture de la sélection.

Avez-vous lu un de ces livres ?!

Et Que la Bête s’éveille me permet de participer au Challenge Un Pavé par mois de Bianca pour le mois de novembre. Me revoici dans la course ! 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

3 commentaires sur “Prix du Polar Points 2016 : dernière fournée”