Mémoires d'Hadrien
Lecture

Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar

En mars, c’était combat de Marguerite(s) chez les fantastiques classiques puisqu’il fallait lire soit du Marguerite Duras, soit du Marguerite Yourcenar. Ayant déjà lu L’Amant deux fois, j’avais envie de commencer mes lectures du mois avec Mémoires d’Hadrien de Yourcenar, que je n’ai encore jamais lue.

[Bon, en vrai, j’avais commencé avec un Duras dont je ne parlerais pas ici].

Résumé

Mémoires d’Hadrien est la biographie romancée de l’Empereur Hadrien qui a régné sur Rome de 117 à 138. Le roman est écrit sous forme d’une lettre adressée à Marc Aurèle, qui sera l’un de ses successeurs. Hadrien lui raconte sa vie depuis son entrée dans la vie politique et militaire, jusqu’à sa mort.

Ce que j’en ai pensé ?!

Ce roman de Marguerite Yourcenar est l’un de ses plus connus et est souvent qualifié de chef d’œuvre, ce que je comprends tout à fait. L’autrice a fait un énorme travail de recherche pour rendre compte de la vie de l’empereur et écrit cette lettre dans une langue très travaillée qui nous donne vraiment l’impression de remonter le temps.

Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté pour la première fois un coup d’œil intelligent sur soi-même : mes premières patries ont été des livres.

Pour ma part, ce ne fut pas une lecture évidente car ce n’est pas spécialement une époque qui me passionne. De plus, la fatigue de ce mois pauvre en sommeil m’a freinée dans ma compréhension du livre. Le style est si travaillé, certaines réflexions tellement profondes que je devais parfois revenir en arrière pour vraiment comprendre ce que je venais de lire.

Mon intérêt pour le contenu de la lettre fut inégal : j’ai adoré la première partie dans laquelle Hadrien fait le point sur tous les plaisirs auxquels sa santé déclinante l’oblige à renoncer. Cela donne place à de sublimes réflexions. J’ai été moins emballée par ses récits de guerre et de querelles politiques.

Déjà certaines portions de ma vie ressemblent aux salles dégarnies d’un palais trop vaste, qu’un propriétaire appauvri renonce à occuper tout entier.

Ensuite, une grande part du livre s’attarde sur sa relation particulière avec un jeune homme, relation que j’ai trouvée problématique à bien des égards [cela m’a beaucoup fait penser à ce que j’avais lu dans Le Mythe de la virilité d’Olivia Gazalé]. Mais ne vous en dis pas plus, je trouve que c’est intéressant de la découvrir durant la lecture. Ensuite, Hadrien revient sur la manière dont il a vécu après la fin de cette relation, jusqu’à l’approche de sa propre mort.

Parfois, à de très rares intervalles, une faible lueur palpitait froidement à l’horizon de mon ciel ; elle n’embellissait ni le monde, ni moi-même : je continuais à me sentir plus détérioré que sauvé.

Tout au long du roman, j’ai été frappée par la beauté de certaines phrases, touchée par cet homme puissant et ses réactions lorsqu’il doit fait face à la perte de personnes qui lui sont chères. Il accorde une grande place à l’amitié dans sa vie : il a d’ailleurs une très belle relation avec Plotine, l’impératrice mariée à Trajan, son prédécesseur. A travers cette lettre, on découvre un homme très érudit, qui voulait consolider un État dans lequel règnerait la paix, conscient que l’expansion à outrance ne mènerait à rien de bon. Les pensées que lui prête Yourcenar avaient beau être terriblement ancrées dans son époque, cela semblait aussi extrêmement actuel : certaines de ses décisions pourraient encore être prises aujourd’hui.

A la fin de l’ouvrage, l’autrice a également fourni un carnet de notes dans lequel elle raconte la conception de cet ouvrage foisonnant. J’avoue ne pas encore l’avoir lu [ce sera pour une période où mon cerveau sera plus reposé et réceptif]. En tous cas, je me suis totalement laissée prendre par cette lettre : pendant toute ma lecture, j’avais vraiment l’impression de lire les mots d’Hadrien.

Ce fut donc une lecture ardue mais extrêmement belle, qui signe mon entrée [mais sûrement pas ma sortie] dans l’univers de Marguerite Yourcenar. Si vous connaissez bien l’autrice, n’hésitez pas à me conseiller d’autres de ses romans.

Infos pratiques

  • Titre : Mémoires d’Hadrien
  • Autrice : Marguerite Yourcenar
  • Édition : Folio, 2011
  • Nombre de pages : 364 pages
  • Genre : historique, biographie
  • Les Marguerite(s) des copines : Fanny, Moka, Natiora,

16 commentaires

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

%d blogueurs aiment cette page :