Le Sari rose de Javier Moro

Salut l’ami lecteur, ça fait un bail que je n’ai plus rien posté par ici ! Je reviens avec ce que l’on peut qualifier de relique de la PAL puisqu’il s’agit d’un roman acheté lors de notre première réunion du club de lecture que nous avions formé avec des amies romanistes, il y a 5-6 ans [hé ouais, rien que ça, ça ne nous rajeunit pas !]. Ce roman est en fait la biographie romancée d’une grande figure de la politique indienne, Sonia Gandhi.

Couverture Le Sari rose de Javier Moro

Résumé

Cet ouvrage s’ouvre sur l’assassinat de Rajiv Gandhi en 1991, premier ministre de l’Inde et mari de Sonia. Passé le récit de cet événement, nous faisons un énorme pas en arrière pour découvrir leur rencontre et le début de leur histoire d’amour. Le récit suit ensuite la vie de Sonia de manière chronologique, jusqu’au début des années 2000.

Ce que j’en ai pensé ?!

Curieusement, j’appréhendais cette lecture qui m’avait l’air extrêmement dense et l’idée d’aller lire les avis d’autres lecteurs sur Goodreads ne m’a pas spécialement encouragée à le sortir de ma bibliothèque… Mais ce roman m’avait été conseillée par mon amie, donc j’étais décidée à lui laisser sa chance, un jour ou l’autre !

Je connais assez peu l’histoire et la politique orientales, ce qui est assez dommage. Ce livre m’intéressait donc beaucoup pour l’éclairage qu’il pouvait m’apporter. En effet, ce n’est pas seulement l’histoire d’une femme que l’on suit, mais celle de toute une nation, sur une quarantaine d’années. Mais là où je suis assez mitigée, c’est sur le format choisi par l’auteur. Il ne s’agit pas d’une biographie car Sonia Gandhi a refusé de participer à son élaboration et a demandé à son entourage de ne pas diffuser d’information à l’auteur, comme celui-ci l’explique au début du livre. Mais ce n’est pas non plus tout à fait un roman puisque Javier Moro s’est basé sur des faits réels, historiques, présentant des protagonistes qui ont réellement existé. Il se contente “juste” de combler les blancs avec de la fiction, sans que le lecteur ne sache jamais vraiment déterminer ce qui est fiction de ce qui est réel. Du coup, cela m’a un peu dérangée car j’étais parfois tellement immergée dans l’histoire que j’avais tendance à perdre de vue le fait que tout ce que je lisais n’était pas forcément vrai, or ça en avait l’air.

Globalement, j’ai trouvé ce roman instructif. Le personnage de Sonia est assez touchant, contrairement à d’autres membres de son entourage : italienne de naissance, elle a accepté de partir vivre à l’autre bout du monde pour embrasser la culture indienne et plonger au sein d’une famille dont la vie est en grande partie régie par la vie politique indienne. Sonia doit faire face aux menaces d’attentats et abandonner sa propre culture afin de ne pas attiser la haine et les critiques des opposants à la famille Gandhi. Mais elle est folle amoureuse de Rajiv et est prête à tous les sacrifices pour lui. Elle est confrontée à un véritable choc culturel mais semble facilement s’accommoder de sa nouvelle vie. Son évolution, tout au long du récit, est impressionnante et force le respect.

Par contre, ce livre présentait parfois trop la famille Gandhi comme des saints qui avaient sacrifié leur vie pour leur pays, et ce contre leur volonté : ça manquait parfois d’esprit critique, surtout dans la partie concernant les mandats d’Indira Gandhi, la mère de Rajiv.

J’ai également trouvé que ce roman était assez long et trop axé sur la politique. J’ai parfois lu certains passages en diagonale parce que je voulais vraiment avancer dans l’histoire mais que les trop nombreux détails et atermoiements m’ennuyaient.

C’est donc un livre que je conseillerais plutôt aux personnes qui souhaitent en apprendre davantage sur l’histoire de l’Inde et de la famille Gandhi mais qui ne sont généralement pas trop rebutées par les trop nombreux détails.

Dans le même genre de lecture, j’avais découvert De la part de la princesse morte de Kénizé Mourad qui m’avait davantage passionnée.

Infos pratiques

  • Titre : Le Sari rose
  • Auteur : Javier Moro
  • Edition : Points, 2011
  • Nombre de pages : 763 pages
  • Genre : biographie romancée, roman historique
  • Challenge : ce roman me permet de valider ma participation au challenge “Un pavé par mois” de Bianca, pour le mois de juin.

Vous auriez des romans qui me permettraient de découvrir la culture orientale à me conseiller ?!

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires sur “Le Sari rose de Javier Moro”

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...