Les Piliers de la Terre de Ken Follett

Ce roman est probablement celui qui a dormi le plus longtemps dans ma PAL avant que je ne me décide à l’en sortir ! Pourquoi ?! Parce qu’il me faisait peur, tout simplement… Sur plus de 1000 pages, il s’intéresse à la construction d’une cathédrale dans le sud de l’Angleterre, au XIIe siècle. Pour moi qui n’aime pas vraiment cette période… ça faisait long ! Mais, les avis unanimes [et mon envie de lire la saga Le Siècle] ont eu raison de mes réticences.

Piliers_Terre_Follett

Résumé

Dans le sud de l’Angleterre, Tom le bâtisseur rêve de construire une cathédrale. Il erre, avec sa famille, à la quête du chantier de ses rêves. Dans le même temps, le monastère de Kingsbridge accueille un nouveau prieur déterminé à redonner ses lettres de noblesse à ce prieuré depuis longtemps laissé à l’abandon.

Mais tous deux vont devoir affronter les rivalités d’une société où les puissants se disputent leurs privilèges avec violence. La guerre n’est jamais loin et il faut faire preuve de ruse et d’intelligence pour survivre dans ce monde. C’est ce qu’ont appris à leurs dépens, Ellen et Aliena, deux jeunes femmes aux destins extraordinaires.

Ce que j’en ai pensé ?!

Durant mes premières heures de lecture, je me suis maudite de m’être lancée dans cette lecture : j’avais le sentiment de ne pas avancer, je n’arrivais pas à m’attacher aux personnages et leur histoire à chacun m’indifférait au plus au point. Je ne comprenais pas pourquoi tout le monde portait aux nues ce roman. Mais, comme il m’avait été offert par l’Amoureux, je voulais impérativement aller jusqu’au bout. Je ne le regrette pas puisque j’ai finalement été happée par ma lecture !

Les Piliers de la Terre, c’est une véritable fresque historique qui, par l’intermédiaire de la construction de cette cathédrale, nous dépeint ce à quoi ressemblait la vie à cette époque. On suit un grand nombre de personnages, tous de conditions différentes, ce qui nous permet d’approcher tous les échelons de la société, du simple paysan au roi d’Angleterre.

On découvre alors une période où la violence fait rage, que ce soit à travers les guerres civiles menées par les prétendants au trône ou dans les relations entre les maîtres et leurs sujets. C’est d’ailleurs une lecture que je ne conseillerais pas aux trop jeunes lecteurs, que ce soit pour sa complexité ou pour le nombre important de scènes d’une grande violence.

Revenons aux personnages. La plus grosse critique que j’aurais à faire, c’est que les personnages sont trop manichéens. Cela se remarque essentiellement chez les “méchants” pour qui l’auteur ne développe que cet aspect-là de leur personnalité [à l’exception de l’un d’entre eux]. J’ai trouvé cela dommage car, pour les autres, ceux qui appartiennent au camp des “gentils”, il y a un véritable développement de leur personnalité, tout au long du récit. On découvre alors leurs bons côtés mais aussi leurs défauts.

L’autre gros défaut de ce roman [hormis le fait qu’il soit long au démarrage], c’est la répétition de certains schémas narratifs. je m’explique : [attention, ce paragraphe va vous spoiler].En gros, à chaque fois nous avons Philip qui tente de faire avancer sa cathédrale, il vexe Waleran et/ou William, William se venge, Kingsbridge est détruit et essaye de se reconstruire… [fin du spoil]. Ce schéma revient à trois reprises… ça en devient lassant.

Par contre, ce qui m’a fait adhérer totalement à ce roman, c’est son côté féministe. Au Moyen Age, la femme n’avait pas vraiment voix au chapitre : d’ailleurs, l’auteur témoigne des nombreux abus dont elles sont victimes [mariages forcés, viols, discrimination dans le commerce, etc.]. Cependant, il est parvenu à créer deux héroïnes particulièrement indépendantes et qui parviennent à se relever de ces nombreuses exactions. Ces deux femmes sont extrêmement touchantes et admirables. De plus, à travers elles, l’auteur ironise sur le sentiment de supériorité des mâles, ce qui me fait dire qu’il a volontairement donné ce ton au roman.

Je crois que je vais m’arrêter ici pour cette chronique… Comme vous avez pu le lire, c’est une lecture qui m’a donné du fil à retordre mais que je vous conseillerais volontiers à tout lecteur friand de littérature historique, de grandes épopées ou de sagas familiales ! Et maintenant, je vais enfin pourvoir lire Le Siècle sans remords, si ça c’est pas génial ?!

Vous avez déjà lu du Ken Follett ?! Qu’en pensez-vous ? 

Infos pratiques

  • Auteur : Ken Follett
  • Titre : Les Piliers de la Terre
  • Editions : Le Livre de poche, 2008
  • Nombre de pages : 1050 pages
  • Ma note : 16/20

Ce roman intervient dans le challenge de Bianca [et de deux pavés !] ainsi que dans le challenge littéraire 2016 de Laura, dans la catégorie, “Livre dont vous détestez le couverture“.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

13 commentaires sur “Les Piliers de la Terre de Ken Follett”