L’Enfant du lac de Kate Morton

Cette semaine, je vous présente encore une fois un roman reçu grâce à Babelio, il s’agit du nouveau roman de Kate Morton : L’Enfant du lac. De cette romancière, j’avais adoré le Jardin des secrets, il y a trois ans [brique que j’avais dévorée en 1 ou 2 jours, pendant que j’attendais la réponse de mon actuel employeur]. J’ai également lu Les heures lointaines que j’avais bien aimé mais sans plus. J’avais donc hâte de voir ce que me réservait ce roman !

enfant_lac

Résumé

Juin 1933. Alors que ses parents organisent la grande fête du Solstice, le petit Théo, 18 mois, disparaît mystérieusement du grand domaine familial. Malgré des jours de recherche, personne ne parvient à retrouver sa trace. Dévastée, sa famille quitte alors la maison de Loanneth pour Londres et ne remettra jamais les pieds dans la magnifique demeure.

Août 2003. Sadie Sparrow, jeune inspectrice de police se voit mise à pied dans une histoire de disparition. Elle décide alors d’aller rendre visite à son grand-père, fraîchement installé en Cornouailles. Au détour d’une promenade, elle y découvre Loanneth et le drame irrésolu qui s’y est joué 70 ans plus tôt. Afin d’occuper son oisiveté forcée, elle se lance dans une tentative désespérée pour résoudre l’énigme qui entoure la disparition de Théo.

Ce que j’en ai pensé ?

Encore une fois, Kate Morton nous propose une intrigue sur fond de secrets de famille, ce qui semble être devenu sa marque de fabrique. Malgré un démarrage assez laborieux, elle est parvenue à me passionner !

L’intrigue est assez complexe et met en scène une demie douzaine de personnages à diverses époques. Cette alternance de points de vue m’a quelque peu perturbée au départ mais, une fois le premier tiers du roman avalé et le suspens mis en place, cela ne m’a plus posé de problème.

Dans ce roman, Kate Morton se plait à faire tourner son lecteur en bourrique l’emmenant tantôt sur une piste, tantôt sur une autre. J’avoue qu’à certains moments, elle est parvenue à me frustrer… Mais, comme dirait l’autre, “C’est le jeu ma pauvre Lucette ! “.

Encore une fois, elle nous propose des portraits de femmes qui doivent faire face à de nombreux coups du sort. Ce que j’aime justement chez ces femmes, c’est qu’elles sont généralement peu conventionnelles et assez modernes pour leur époque.  Chaque personnage présenté est assez bien développé mais j’ai trouvé de nombreuses similitudes avec ceux de ses précédents romans, surtout Les Heures lointaines. En soi, même si j’ai assez bien accroché, j’ai trouvé que ce roman manquait d’originalité : il reprend une trame qui ressemble un peu trop à ce qu’elle nous a déjà publié.

Je dirais que je ferais essentiellement deux reproches à cette histoire :

  • le fait que 70 ans se sont écoulés entre le drame et l’enquête de Sadie. Dès lors, il me semble assez peu vraisemblable qu’elle puisse rencontrer autant de personnes qui ont vécu les faits et qui se souviennent aussi bien de cette époque ;
  • le dénouement un peu trop happy end de l’histoire qu’on voit arriver à 3 kilomètres.

Mais globalement, j’ai passé un très bon moment de lecture, vibrant avec Sadie, dans l’espoir d’avoir des réponses concrètes. De plus, l’autrice nous décrit extrêmement bien le domaine de Loanneth et ses environs, ce qui donne envie d’aller découvrir les Cornouailles, en plein été [prochain projet de vacances à creuser ?!]. Je n’ai pas été aussi charmée qu’avec Le Jardin des secrets mais L’Enfant du lac m’a clairement donné envie de me plonger dans le reste de la bibliographique de Kate Morton.

Infos pratiques

  • Autrice : Kate Morton
  • Titre : L’enfant du lac  (The Lake House)
  • Editions : Presses de la cité, 2016
  • Nombre de pages : 635 pages
  • Ma note : 17/20

Ce roman me permet de participer au challenge Un pavé par mois de Bianca et au challenge littéraire 2016 de Mille vies en unes, dans la catégorie “Livre avec une amitié interdite“.

Que pensez-vous de l’oeuvre de Kate Morton ? 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

8 commentaires sur “L’Enfant du lac de Kate Morton”