Lecture

Wait for you de Jennifer L. Armentrout

Il y a peu, j’ai entendu parler du genre dit New Adult, par l’intermédiaire d’une chronique de Nine Hank concernant Jeu de Patience [Wait for you] de Jennifer L. Armentrout. Ma curiosité a donc encore une fois été titillée et je me suis empressée de me procurer ce roman pour me faire un avis.

Alors, le New Adult, c’est quoi ?! Surfant sur la mode du Young Adult, genre plutôt branché ados mais qui fonctionne encore pas mal sur les 18-35 ans, les maisons d’édition ont voulu proposer un genre spécialement ciblé sur cette tranche d’âge, utilisant les codes et références de ma génération. On y retrouve des personnages tout juste sortis de l’adolescence et qui s’apprêtent à entrer dans la vie adulte ou qui subissent leurs 1ères déconvenues face au monde professionnel, à l’amour, etc. Très franchement, en lisant ce roman, je me suis dit qu’il s’agissait ni plus ni moins d’un Harlequin modernisé dont la base reste la même [une histoire d’amour compliquée] avec des personnages à la psychologie un rien plus creusée [ce qui n’est pas bien difficile] et dont les préoccupations rencontrent davantage celles d’un jeune adulte lambda. On peut également dire qu’il y a une touche d’érotisme un peu plus marquée que dans les Harlequin classiques [mais ça aussi, c’est très tendance en ce moment… rajoutez-y un zombie et c’est bon, vous faites un carton !]. Rien de transcendant donc. Juste une nouvelle étiquette à poser sur des romans de chick-litt afin de faire acheter à la populasse de nouveaux romans pour occuper leurs journées à la plage.

Wait for you de Jennifer L Armentrout

Dans Wait for you, on découvre la relation naissante entre Avery, une jolie brunette assez réservée et peu sûre d’elle, fraîchement débarquée sur le campus d’une petite ville universitaire de Virginie et qui semble cacher un terrible secret l’ayant forcée à abandonner son ancienne vie texane [mais non, ce n’est pas cliché] et Cameron, LE play-boy du campus autour duquel gravitent toutes les anciennes reines de lycée de la région, beau brun aux yeux bleus un peu bad-boy [voilà, là on y arrive !]… Evidemment, la logique aurait voulu qu’il ne s’intéresse pas à cette fille un peu bizarre qui semble fuir les relations humaines comme la peste mais le fait qu’elle ne soit pas sensible à son charme dévastateur l’encourage à lui faire la cour. La suite, vous la devinez… 

Il faut bien vous l’avouer, la mayonnaise a pris [oui, je suis faible] puisque même si ce roman semblait couru d’avance depuis le premier chapitre, je n’ai pas pus m’empêcher de le lire jusqu’au bout ! Pour me déculpabiliser, j’avais choisi de le lire en anglais, histoire que mon temps de lecture ne soit pas complètement perdu ! Le secret a bien vite été deviné, le tout était de savoir si et comment Avery allait l’avouer à son nouvel entourage.

Le genre a l’air de bien fonctionner car il existe plusieurs suites à ce roman, dont une impliquant une histoire d’amour compliquée entre la petite sœur de Cameron et son meilleur ami , play-boy comme lui [comme c’est original !].

Ma curiosité a donc été satisfaite mais je crois que je vais me contenter de mes contemporains habituels. Toutefois, je garde l’idée du New Adult en tête pour les moments où j’aurai envie de travailler mon anglais sans trop me prendre la tête !

Et vous, vous connaissiez le New Adult ? Vous en pensez quoi ? 

4 commentaires

  • labiblidonee

    C’est en général un style qui me va assez mal, que je trouve trop plat et souvent sans grand intérêt pour moi ; Mais je n’ai pas détesté tous les livres de cette catégorie, c’est juste que je ne peux les apprécier qu’à très petite dose sous peine de souffrir d’un manque.

    • Maghily

      Je ne dirai pas que je l’ai détesté, mais ce n’est clairement pas de la grande littérature ! Comme tu dis, à petite dose, ça se laisse lire 😉 Je vais aller voir sur ton blog si tu en as chroniqué certains du genre, à noter pour une prochaine après-midi de lecture régressive.

    • Maghily

      Contente de t’avoir appris quelque chose ! 😉
      Il faut bien renouveler un peu les étiquettes, sinon les clients-lecteurs ont l’impression que la littérature s’encroûte !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...