L’Insouciance de Karine Tuil

J’avais beaucoup aimé L’Invention de nos vies, le précédent roman de Karine Tuil. Donc, quand Babelio m’a proposé un partenariat sur son dernier opus, je n’ai pas hésité longtemps.

Insouciance

Résumé

Romain Roller est un jeune sergent de l’armée française. Il se trouve à Paphos, pour y suivre un séjour de décompression suite à une mission en Afghanistan qui s’est terminée dans la douleur. Il y rencontre Marion, une journaliste qui accompagne le groupe de soldats et commence avec elle une aventure passionnelle, qui lui fait oublier les cauchemards qui le rongent. Malheureusement, leur retour en France sera loin d’être idyllique. Marion est mariée à François Vely, un richissime homme d’affaires français qui, suite à une erreur de communication, va se trouver accusé de racisme. Un homme prend publiquement sa défense, il s’agit d’Osman Djiboula, l’ancien éducateur social de Romain, devenu conseiller du président de la République.

Les destins de ces personnages ne cessent de s’entrecroiser dans un univers sombre où le pouvoir et l’argent détruisent tout. Jusqu’à ce voyage qui risque fort de tourner au drame…

Ce que j’en ai pensé ?!

Ce roman de Karine Tuil se place à un niveau fort différent des lectures que j’ai faites récemment : l’écriture est très recherchée, chaque mot étant sciemment choisi… ce qui donne un texte d’une grande qualité littéraire. C’est agréable de retrouver un tel style, même si la plongée n’est pas si évidente, au départ [c’est fou ce qu’on perd vite l’habitude].

Dans ce roman, on évolue dans des sphères que l’on a rarement l’occasion de fréquenter dans la vie de tous les jours, à moins de faire partie de l’élite de la nation. Toute action, toute parole est savamment pensée pour correspondre à l’image que l’on veut donner de soi. Aucune place n’est laissée à l’improvisation et la moindre erreur peut vous faire quitter votre piédestal en un clin d’œil. C’est un monde froid et calculé. Dès lors, il est difficile d’apprécier les personnages qu’on y rencontre. Il est d’autant plus difficile d’éprouver la moindre empathie pour eux lorsque leur pouvoir s’effrite et que leur entourage leur tourne le dos.

A l’opposé de ce monde se trouve celui de Romain : le danger du terrain ainsi que le sentiment d’être lâché par cette élite dès que les choses tournent mal. On découvre l’horreur de la mutilation [qu’elle soit physique ou mentale], l’impression de ne plus rien valoir aux yeux du monde et d’avoir risqué sa vie pour rien… Bref, d’être une marionette dirigée par des gens qui ne pensent qu’à rester sur la plus haute marche du podium, dans les sondages. On plonge alors dans une détresse difficilement imaginable, qui nous prend aux tripes et ne nous lâche pas, tout au long du roman.

Et à la base de tout cela, il y a les querelles identitaires [sujet de prédilection de l’autrice, j’ai l’impression]: d’abord larvées puis qui s’animent de plus en plus dès qu’on leur donne un minimum de visibilité. La question des origines qu’on vous impose qu’importe votre niveau d’engagement dans le développement de votre pays [celui où vous avez toujours vécu mais auquel on vous reproche de ne pas appartenir parce que vous n’avez ni la bonne couleur, ni la bonne religion].

Puis, parfois, au milieu de ce chaos et de ces tensions permanentes, la vie vous accorde un peu de répit en vous offrant une histoire d’amour qui peut soit vous aider à vous relever, soit vous détruire un peu plus.

Vous l’aurez compris, malgré son titre enjôleur, ce roman est profondément noir. Il est sans concession avec le monde politique actuel et pleinement ancré dans l’actualité. Par ce qu’il laisse entrevoir, il donne envie de s’intéresser davantage à tout ce que l’on ne nous montre pas dans les médias.

Infos pratiques

  • Autrice : Karine Tuil
  • Titre : L’Insouciance
  • Edition : Gallimard, 2016 – Collection blanche
  • Nombre de pages : 528 pages
  • Thèmes : guerre, question identitaire, politique
  • Ma note : 16/20

Alors, il vous tente ce roman ?!

Ce roman s’inscrit également dans le cadre de mes deux challenges annuels : Un Pavé par mois de Bianca [pour le mois de juillet] ainsi que le Challenge littéraire 2016 de Mille vies en une, dans la catégorie “Roman de la rentrée littéraire de septembre“.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

2 commentaires sur “L’Insouciance de Karine Tuil”