I.R.L. d’Agnès Marot

I.R.L. d’Agnès Marot, il est fort probable que vous l’ayez vu passer des dizaines de fois sur les Internets. Pour tout vous avouer, ce qui m’a attirée en premier, c’est sa couleur. Directement, mon “moi-de-quinze-ans” a refait surface en s’écriant :« Il est rose et magnifique, il me le faut ! » Et puis la part raisonnable de mon être s’est dit qu’il fallait également s’intéresser au contenu avant de craquer… En ex-fanatique des Sims [oui, ce jeu où tu prenais un malin plaisir à envoyer ton personnage dans une piscine, enlever l’échelle et le regarder mourir d’épuisement…], je n’ai pas pu résister plus longtemps et je l’ai ajouté sur ma wish-list de Noël [les plus assidus d’entre vous auront remarqué que cette année, je ne laisse pas traîner mes cadeaux de Noël dans ma PAL pendant des mois].

Bon, la photo ne lui rend absolument pas hommage… Mais vous me pardonnerez !

Résumé

Chloé, 16 ans, vit la vie ordinaire d’une adolescente lambda. Du moins, jusqu’au jour où elle se rend compte qu’elle [et l’ensemble de son entourage] est filmée 24h sur 24, 7 jours sur 7.  Car Chloé  est une intelligence artificielle qui vit dans un jeu vidéo qui sert, lui-même, à nourrir une émission de télévision où le public suit la vie des personnages et peut voter pour influencer les prochaines actions des joueurs. 

Une fois cette réalité découverte, Chloé ne peut plus faire comme si de rien n’était et va tenter de se libérer du jeu. Commence alors un étrange combat entre les humains et leurs avatars.

Ce que j’en ai pensé ?!

J’étais assez enthousiaste face au concept de ce roman qui change radicalement de ce que j’ai l’habitude de lire. J’ai été quelque peu déstabilisée par la plume francophone d’Agnès Marot, habituée que je suis aux romans Young Adult anglophones. De manière générale, j’ai bien aimé l’écriture de l’autrice, même si j’ai parfois trouvé qu’on ressentait trop le côté “adolescent” du roman. Je crois que je suis définitivement trop vieille pour apprécier totalement un roman de cette catégorie. J’ai souvent tendance à les trouver trop faciles, un rien trop superficiels, même quand ils sont vraiment réussis, comme c’est le cas pour celui-ci [par contre, je l’aurais adoré à 15 ans].

Du coup, je ne m’attarderai pas sur ce que j’ai pensé des personnages et de leurs relations parce que je pense que ma vision est quelque peu biaisée par mon grand âge, sans compassion pour les atermoiements adolescents.

Mais malgré cela, j’ai vraiment été happée par l’intrigue et je voulais absolument découvrir comment les choses allaient tourner pour Chloé. Je l’ai vraiment dévoré : en deux soirées, c’était plié ! L’intrigue autour de la lutte de Chloé est vraiment réussie et je l’ai trouvée tout à fait “réaliste”. Par contre, vous vous en doutez, je n’ai pas accroché au petit côté romance qui figure en parallèle.

Agnès Marot amène toute une réflexion autour du concept de liberté, de l’aliénation de l’humain aux technologies et des dérives que cela pourrait amener. A l’heure où les objets connectés et la réalité virtuelle prennent de plus en plus de place dans nos vies, c’est vraiment un sujet qu’il est indispensable d’aborder, surtout avec des ados.

Elle donne également à réfléchir sur le concept d’intelligence artificielle et nous laisse entrevoir comment celle-ci pourrait évoluer. Quel statut lui accorder à l’avenir ? Où commence la notion de conscience ? Etc. Ce sont des débats que nous risquons de mener à l’avenir.

C’est donc un roman véritablement riche et intéressant par les sujets qu’il aborde et la manière dont ils sont traités. Si vous avez un ado dans votre entourage, n’hésitez pas à lui mettre ce roman entre les mains !

Infos pratiques

  • Autrice : Agnès Marot
  • Titre : I.R.L.
  • Edition : Gulfstream Editeur, 2016
  • Nombre de pages : 402 pages
  • Genre :  Young Adult
  • Ma note : 16/20
  • Challenge : ce roman me permet de valider la catégorie “livre avec une tranche colorée” du challenge de Mille vies en une.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

6 commentaires sur “I.R.L. d’Agnès Marot”