Le chagrin des vivants
Lecture

Le Chagrin des vivants d’Anna Hope

Ces deux dernières années, j’ai souvent vu passer les romans d’Anna Hope sur les blogs littéraires que je suis (notamment, chez Georges ou chez Charlotte). Du coup, j’ai sauté sur Le Chagrin des vivants quand je l’ai croisé chez Pêle-Mêle, l’été dernier car je savais que c’était un roman qui pourrait me plaire et je n’ai pas été déçue.

Résumé

Automne 1920. Nous suivons Hettie, Ada et Evelyn lors de la semaine qui précède la célébration des funérailles du soldat inconnu, à Londres. Chacune a perdu des proches durant la Première Guerre mondiale et tente, à sa manière, de faire son deuil. Elles ne se connaissent pas, mais leurs destins vont se croiser, notamment par l’intermédiaire des hommes qui partagent leur vie.

Ce que j’en ai pensé ?

Le Chagrin des vivants est divisé en cinq grandes parties, correspondant chacune à une journée de cette semaine de début novembre 1920. Les points de vue s’alternent à la 3e personne, suivant les préparatifs officiels de la célébration, mais aussi les journées de ces trois femmes. Durant la première partie du récit, l’autrice nous plonge directement dans la vie de ses personnages, sans nous décrire le contexte qui les a placées dans la position qui est la leur. Dès lors, j’ai parfois eu un peu de mal à m’y retrouver. Mais, petit à petit, les pièces du puzzle s’assemblent et la lecture est devenue nettement plus fluide.

J’ai beaucoup aimé les protagonistes principales proposées par Anna Hope. Hettie, Ada et Evelyn ont chacune des personnalités très différentes et leur psychologie est assez fouillée. Il y a Hettie, tout juste 19 ans, qui gagne sa vie en dansant et rêve d’émancipation ; Evelyn qui approche de la trentaine et qui tente d’oublier la perte de son fiancé en se noyant dans le travail alors qu’elle pourrait simplement vivre de ses rentes et se chercher un nouveau mari ; ou encore Ada, qui espère secrètement le retour de son fils qu’elle voit partout et dont le fantôme vient s’immiscer dans la paix de son couple. On découvre peu à peu les pertes qu’elles ont subies, leurs difficultés à reprendre leur vie après la guerre ainsi que leurs aspirations. Chacune doit également apprendre à composer avec des maris ou des frères revenus meurtris par le conflit.

Dans ce roman, personne n’est totalement blanc ou noir. Chacun⋅e doit apprendre à composer avec ses faiblesses ou sa culpabilité. Il est question de choc post-traumatique, de misère sociale, de déclassement mais aussi de renoncement et de lâcher-prise. Par l’intermédiaire des ces trois femmes, nous découvrons toute une société qui peine à se relever, à se reconstruire : entre celles et ceux qui subissent l’amnésie subite des autorités, les promesses non tenues et les autres, qui aimeraient oublier le conflit et ses conséquences.

Evelyn soupire. Ça la stupéfie encore d’être là, porte-parole d’un comité qui considère toute demande comme suspecte, tout homme comme un simulateur, coupable jusqu’à preuve du contraire, obligé de quémander des bouts de chandelle à un gouvernement qui a depuis longtemps cessé de se préoccuper d’eux.

J’ai aimé la manière dont les différents destins sont mêlés autour de ces hommes blessés ou disparus, sans jamais que les protagonistes ne se rencontrent. Le mystère plane sur l’objet de ces liens, pendant toute une partie du roman, créant une tension qui vient pimenter le récit. Le rapprochement avec la cérémonie est également intéressant et illustre l’importance du recueillement, de l’hommage dans le processus de deuil.

C’est un roman fort, qui remue les tripes et qui, au détour d’un récit ou d’un souvenir, témoigne de toute la violence de la guerre, même après son dénouement.

J’ai également beaucoup aimé l’écriture d’Anna Hope et vais continuer d’explorer sa bibliographie.

Vous avez lu des romans de cette autrice ?

Infos pratiques

  • Titre : Le Chagrin des vivants
  • Autrice : Anna Hope
  • Traductrice : Élodie Leplat
  • Édition : Folio, 2018
  • Nombre de pages : 417 pages
  • Genre : roman historique, littérature générale

 

 

3 commentaires

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

%d blogueurs aiment cette page :