Des baisers parfum tabac
Lecture

Des Baisers parfum tabac de Tayari Jones

Ces derniers mois, c’est surtout d’un Mariage anglais, le dernier roman de Tayari Jones dont j’avais entendu parler. Vu son succès, les éditions Presses de la Cité ont publié l’un de ses plus anciens romans : Des baisers parfum tabac, publié initialement en 2011.

Résumé

Dana et Chaurisse ont quatre mois d’écart et son demi-sœurs : leur père est bigame. L’une connaît l’existence de l’autre, l’autre pas. Celle qui sait passe sa vie à devoir s’effacer pour ne pas risquer de croiser sa sœur et éventer ainsi le lourd secret de leur père. Mais cette situation est-elle réellement tenable alors qu’elles vivent dans la même ville et fréquentent des endroits communs ?

Ce que j’en ai pensé ?!

Le roman est divisé en deux grandes parties : l’une dédiée à Dana, l’autre à Chaurisse. Dans chacune, on apprend la manière dont leurs mères ont rencontré leur père et comment la relation entre eux s’est nouée. On comprend aussi comment le double-jeu de leur père est rendu possible.

Comment peut-on construire son identité lorsque toute notre vie est bâtie sur un mensonge ? Quel lien peut se tisser entre deux sœurs qui ne se connaissent pas mais se disputent la préférence de leur père ? Jusqu’à quel point peut-on aimer un homme pour accepter de devenir [et rester ?] son secret aux yeux du monde ?  Ce sont toutes les questions auxquelles nos protagonistes tentent de répondre.

Et à travers la vie quotidienne de ces femmes, l’autrice met également en lumière la précarité des femmes noires, surtout lorsqu’elles sont mères célibataires. A travers l’histoire de ces adolescentes, on découvre les nombreuses inégalités dont souffrent ces jeunes filles : la difficulté de ne pas ressembler aux canons de beauté de la société américaine des années 80, les violences conjugales, la manie de ces garçons qui les acceptent volontiers comme maîtresses mais n’assument pas qu’ils les fréquentent au yeux du monde [haaaa la fameuse opposition que les hommes font entre la femme-épouse et la femme-putain…], etc.

Dans ce roman, il est constamment question de l’amour du père, de la recherche de son approbation ou de son intérêt. Pourtant, on le voit, ce sont les mères qui s’impliquent le plus dans leur relation avec leur fille, qui développent une connaissance accrue de leur caractère et de leur personnalité.

Ma mère avait raison. J’étais une enfant précoce. Une femme amère à quatorze ans.

La plume de l’autrice est assez fluide, elle utilise beaucoup de phrases très courtes. Elle ponctue aussi énormément ses dialogues ou les réflexions de ses personnages de notes d’humour ou d’ironie.

Pour une fois dans ma vie, j’aimerais bien épouser une femme qui n’est pas déjà enceinte.” Elle éclata de rire. C’était plus fort qu’elle. Après tout ce qu’ils avaient partagé, il voulait jouer les prudes, comme si on le privait de son mariage en blanc. “Dans ce cas, il faudrait que t’arrêtes de coucher avec des femmes à qui t’es pas marié.

Globalement, j’ai aimé la lecture de ce roman sur le moment même mais je n’en retire rien de particulier [ça se voit un peu à cette chronique]. Je me suis attachée à ces femmes, c’était agréable de les suivre même si leur histoire en tant que telle ne l’était pas. Mais, j’ai regretté qu’il n’y ait pas davantage de critique quant au comportement de cet homme égoïste qui gâche la vie des femmes qu’il dit aimer parce qu’il n’assume pas ses actes.

Infos pratiques

  • Titre : Des baisers parfum tabac
  • Autrice : Tayari Jones
  • Traductrice : Karine Lalechère
  • Édition : Presses de la Cité, 2020
  • Nombre de pages : 348 pages
  • Lu dans le cadre du masse critique de septembre de Babelio

 

 

 

2 commentaires

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

%d blogueurs aiment cette page :