Celle qui fuit et celle qui reste
Lecture

L’Amie prodigieuse, tome 3 – Celle qui fuit et celle qui reste d’Elena Ferrante

Heureusement que j’avais dit que je n’attendrais pas trop longtemps avant de lire Celle qui fuit et celle qui reste d’Elena Ferrante, le 3e tome de la saga de L’Amie prodigieuse. Hum…

Résumé

Dans ce volet, Lila et Elena ont la petite trentaine. Alors que Lila est restée vivre à Naples et tente de mener de front sa vie de maman, de travailleuse et de militante, Elena s’installe à Florence et essaie de poursuivre sa carrière d’écrivaine.

Ce que j’en ai pensé ?!

Mes sentiments vis-à-vis de cette saga sont toujours assez paradoxaux : j’ai du mal à apprécier les deux protagonistes principales, je passe parfois par de longs moments de désintérêt face au livre en lui-même mais, en même temps, je veux savoir comment leur vie évolue et j’aime les grands sujets de société abordés par l’autrice.

Dans ce tome, elle va à nouveau se pencher sur la question de la maternité et, plus particulièrement, sur la charge mentale qu’elle amène pour une femme, d’autant plus dans un couple où l’homme ne voit pas pourquoi il devrait s’impliquer dans l’éducation des enfants. J’ai aimé le fait que l’autrice aborde le thème du non-désir d’enfant ou, du moins, du désir de choisir l’arrivée de celui-ci. Puis, qu’elle mette en avant les implications très différentes pour une mère ou un père de l’arrivée du-dit enfant. Je dois bien avouer que l’image qu’elle donne de la maternité, depuis le début de la saga, ne donne pas forcément envie de se lancer dans l’aventure. Et je trouve que c’est beaucoup trop rare, ce genre de récit, qui permet pourtant de déculpabiliser les mères et de leur montrer une réalité moins glamour et idyllique, mais plus proche de leur quotidien, que ce que l’on lit généralement.

Par l’intermédiaire de Lila, Elena Ferrante témoigne également du plafond de verre qui peut empêcher les femmes d’évoluer dans la société, même lorsqu’elles sont reconnues comme les meilleures dans leur domaine. Elle dénonce également la condition ouvrière et la guerre qui se jouait entre la mafia et les communistes, à cette époque. Tout cela me donne envie d’en apprendre davantage sur l’histoire et la politique italienne qui est beaucoup plus complexe que l’idée que je m’en fais.

Globalement, j’ai trouvé que ce roman était à nouveau très engagé ; il offre un regard intéressant et critique sur la société italienne.

Par contre, j’ai regretté le tour que prend la vie sentimentale de Lenu. Je trouve d’autant plus dommage que cela ait autant d’impact sur sa carrière et l’usage de ses capacités intellectuelles.

Bref, j’ai hâte de découvrir comment cette amitié presque toxique va évoluer maintenant qu’elles ont atteint l’âge adulte et de clôturer cette sage si particulière !

Infos pratiques

  • Titre : Celle qui fuit et celle qui reste (L’Amie prodigieuse #3)
  • Autrice : Elena Ferrante
  • Traductrice : Elsa Damien
  • Édition : Folio, 2018
  • Nombre de pages : 544 pages
  • Genre : saga familiale, contemporain

 

 

3 commentaires

Si vous souhaitez me laisser un petit mot...

%d blogueurs aiment cette page :